(38) Isère

06/06/2019 – Jazz-Ology au Jazz Club de Grenoble

Le jazz club de Grenoble nous offre ce soir un concert mêlant les voix de chanteurs et d’instrumentistes. Cet ensemble innovant a été voulu par la directrice artistique Stephanie Austin, venue avec son groupe du Contra-Costa College, de la banlieue est de San Francisco. Le pianiste et arrangeur, Walter Bankovitch, nous arrive également de cette université.  La rythmique est composée des meilleurs instrumentistes de la région : Christian Roy, au sax alto et au sax soprano , Roland Merlinc à la batterie et Brice Berred à la contrebasse. Ils se sont formidablement intégrés dans ce projet.

Les instruments, tous mis en valeur, introduisent le concert. Sur Get Out of Town, de Cole Porter, les voix swinguent avec le sax! Des scats mélodieux, précieux, emplissent la salle.

Suivra Gentle On My Mind, un succès d’Aretha Franklin, arrangé ici par Walter, ce qui donne une mélodie sensible. Natasha Singer nous offre un solo tendre comme un souffle, entourée des frémissements de ses partenaires. Laura Karst lui répond, sur un rythme plus soutenu, entraînant le chœur. Elle nous émeut ensuite sur Day Dreaming.

Le premier set se termine sur Lazzy Bones avec la voix grave de Jesse Chao, sur un tempo lent. La mélodie du sax lui répond ; la contrebasse, profonde, se mêle à eux tandis que le piano roule tranquillement, en contraste avec l’énergie du chœur.

Le public adhère déjà à cette formation.

Le deuxième set mettra à l’honneur chaque chanteur : Jesse, d’abord, sur Over The Rainbow, merveilleusement arrangé. L’introduction au piano est légère, l’écoute du groupe est marquée par des voix presque chuchotées. En solo, Jesse fait monter sa voix chaude, claire, juste, bien posée. Les musiciens l’entourent d’un écrin. Le public est emballé !

Suivront ses camarades pour des scats envolés repris par le sax. Puis Natasha monte dans les airs sur Berimbau composé par Baden Powell (repris sous le titre de Bidonville par Nougaro). Ninoangelo Lastimosa chantonne, en pleine concertation avec le sax et le piano. Stéphanie dirige calmement, avec précision, discrètement. Le piano coule…

Un intermède instrumental, mené par le sax, rapide, brillant, est repris par le piano, furieux, soutenu par la batterie et la contrebasse, rapides, enthousiastes. Brice, expert à la contrebasse, lance Roland à la batterie. Ils s’animent, rejoints par le piano et le sax. Ils s’affolent, nous amusent !

One Day Like This, succès d’Elbow de 2011, est interprété par Joseph Saeteurn d’une belle voix juste, tendre, suggestive. La clarinette chuchote, vibre. Les sourires enchanteurs des artistes nous câlinent. Quelle belle interprétation ! Le public est ravi !

Lonely Woman d’Ornette Coleman, chanté avec émotion, empli d’onomatopées aigües, est exprimé par un jeu de voix qui questionnent, angoissent. La rythmique, s’affole, incandescente. La contrebasse vibre. La voix claire, très haut perchée de Natasha annonce la disparition de la femme solitaire.

La soirée se poursuit en claquant des mains. Les chanteurs, alignés, marchent en cadence, la batterie les emmène tout doucement. Les voix se mêlent et explosent dans ce Traffic Jam !

Pas moins de deux rappels où l’expertise de chacun contribue au charme des morceaux. A capella, Jesse et Natacha séduisent encore quelques minutes  avant de nous quitter somewhere over the rainbow…

Quel bel ensemble, riche, fastueux, émouvant, passionnant !

 

 

Groupe vocal californien : Stephanie Austin: directrice artistique; Walter Bankovitch: piano ; Matthew Chamberlain; Jesse Chao; Laura Karst; Ninoangelo Lastimosa; Joseph Saeteurn; Natasha Singer : voix

Accompagnateurs : Christian Roy: saxophones ; Brice Berrerd: contrebasse ; Roland Merlinc: batterie

Ont collaboré à cette chronique :

X