(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

11/10/2018 – Umlaut Big Band au Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival à Echirolles

Pour ce quatrième concert du Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival, ou « GAM Jazz Festival » pour les « intimes », la magnifique salle de La Rampe à Echirolles était, comme les autres salles, pleine, à la grande satisfaction du président du Jazz Club De Grenoble Salvatore Origlio et de la nouvelle directrice de la Rampe Josefa Gallardo.

C’est le Umlaut Big Band qui était à l’affiche. Quatorze musiciens : trois trompettes, deux trombones, cinq saxophones, un pianiste, un guitariste, un contrebassiste et un batteur. Tous ces musiciens  sortent du célèbre Conservatoire Supérieur De Musique et de Danse  de Paris (« le Sup » pour les initiés). Ils pratiquent le plus souvent la musique contemporaine mais sous la férule de leur chef d’orchestre Pierre-Antoine Badaroux, ils se commettent  depuis  maintenant sept ans dans  l’interprétation des standards de big band de Jazz. Pour Pierre-Antoine Badaroux c’est une autre manière de faire de la musique, de prendre des risques supplémentaires. Tous les arrangements de ce concert sont issus de ceux qu’a fait Don Redman pour l’orchestre de Fletcher Anderson ou pour son propre orchestre. De 1924 à 1939, Fletcher Henderson en collaboration avec Don Redman ont mis au point l’architecture instrumentale du big band avec ses quatre grandes sections, trompettes, trombones, anches et rythmique.

C’est une véritable recherche historique dans les archives qu’a menée Pierre Antoine-Badaroux pour retrouver tous ces arrangements certains d’entre eux comme More Dirt n’ayant jamais été enregistrés par Don Redman.  

Dès les premiers morceaux, joués de manière quasi acoustique, ce big band se caractérise par la précision dans l’exécution des morceaux où les breaks, les solos, les tutti s’enchaînent à une vitesse infernale. Ce big band nous fait redécouvrir les splendides arrangements de Don Redman qui avaient  un peu disparu de nos radars.

Dans le milieu on dit qu’un big band est bon si tous les saxophones de la section jouant, on a l’impression de n’entendre qu’un seul saxophone et bien c’est le cas avec Umlaut Big band.  Tout au long de cette soirée il nous a fait une démonstration de virtuosité et de cohésion, que ce soit dans l’exécution des arrangements ou dans les solos des intervenants

Nous avons pu admirer particulièrement les soli, de Pierre-Antoine Badaroux au saxophone alto qui enchaîne les belles phrases avec grande dextérité ainsi que ceux des trompettes notamment celle de Gabriel Levasseur qui dans Sugar Foot Stomp nous a fait une belle imitation de King Oliver.

Ils nous ont joué plus de vingt morceaux,  prouesse technique mais aussi physique car les morceaux se sont enchaînés sans temps mort, heureusement pour ces musiciens une pause entre les deux sets leur a donné un peu de répit.

Après deux rappels le public ravi a quitté doucement cette belle salle avec de la musique plein la tête.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X