(69) RhôneLe Périscope

1/11/2017 – The Kühn Concert au Périscope

Une création ce soir au Périscope avec la rencontre de deux collectifs « Les musiques à Ouïr » et « L’Ensemble Op.Cit » qui ont décidé de célébrer la musique du pianiste et compositeur Joachim Kühn en nous offrant un concert astucieusement baptisé « The Kühn Concert ».

La référence au mythique concert du 24 janvier 1975 donné à Cologne par Keith Jarret sur un piano un peu « bastringue » à ses dires s’arrête là.

L’orchestre nous offre une musique étrange, très écrite avec des arrangements merveilleux et finement ciselés. La technique d’écriture de Kühn est intrigante : son « système » harmonique, le « Diminished Augmented System » est ici repris par les arrangeurs Guillaume Bourgogne, Julien Eil, Christophe Girard ou Denis Charolles. Ce dernier, sur scène semble complètement transporté par cette musique et c’est à se demander s’il ne la vit pas plus qu’il ne la joue. L’influence du free jazz est bien présente, mais aussi des pièces d’inspiration hongroise Hungarian Rock (de Ligeti). On passera bien sûr par Ornette Coleman avec Dancing in your Head, Joachim Kühn lui était très lié, et par une évocation de Bach : Bach’s death day (la biographie de Kühn stipule qu’il est cantor de l’église Saint-Thomas de Leipzig comme le fut Jean-Sébastien).

Vous le constatez on ne jouait pas dans la facilité pour cette première et les musiciens ont été excellents et à l’aise ou du moins ils en donnaient l’impression vu les visages épanouis et radieux qu’ils nous montraient. Le violon joue quelques notes à l’unisson avec l’accordéon puis arrivent les contrepoints avec le vibraphone, et, surprise, Amaryllis Billet sort sa vielle à roue, instrument peu ordinaire sur nos scènes. La batterie se fait arythmique, l’accordéon chuinte puis tout le monde s’embrase en tutti. Un concert riche en intensité.

Ce soir l’adage qui définit le jazz « la plus savante des musiques populaires et la plus populaire des musiques savantes » s’imposait.

 

Les musiques à Ouïr: Denis Charolles: batterie, percussions, trombone, guitare ; Julien Eil: saxophone, flûte, clarinette basse ; Christophe Girard: accordéon sax alto

L’Ensemble Op.Cit : Laure Beretti: harpe ; Amaryllis Billet: violon, viole à roue ; Benoît Poly: vibraphone, xylophone, percussions ; Brice Berrerd: contrebasse

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X