(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

13/10/2017 – Kyle Eastwood Quintet au Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival

Sur une entrée enthousiaste menée par la trompette et le sax ténor, ça swingue. Rockin’ Ronnies, un hymne vibrant, hommage au mythique jazz club de Londres, Ronnie Scott’s.

Ce soir, c’est d’abord un avant-goût du prochain CD « In Transit » qui sortira ce 20 octobre. Des compositions des membres du quintet témoignent de cette empathie musicale, comme Soulful Times, d’une tonalité lounge, écrite par le trompettiste  Quentin Collins, ou encore ce morceau écrit par le saxophoniste Brandon Allen, lancinant, rapide avec un sax tantôt grognon, tantôt virulent auquel répond la trompette, compréhensive. S’ensuivent des échanges entre la basse et la batterie comme pour une amicale compétition. Le public applaudit chaleureusement.

Changement d’ambiance pour Marrakech, composition de Kyle Eastwood : Sur quelques tintements de la batterie, la contrebasse sourde, profonde émeut. L’archet bat les cordes, on dirait des petits pas légers qui s’accélèrent. Puis les cordes frottées sur la musique céleste des cymbales nous transportent. Le piano s’invite pour un long passage sur un rythme bien marqué par la batterie ; la trompette, le sax soprano et la basse, fougueux,  se déchaînent sans fin !

Kyle nous fait aussi partager ses passions pour ceux qui ont marqué son univers musical : Sur le love thème de Cinéma Paradiso d’Ennio Morricone, le sax soprano souffle tendrement tandis que le piano, discret, sensible lui répond, une nostalgie partagée avec l’auditoire ; Sur Jarreau, le quintet, mélodieux, chaloupé nous enveloppe dans une ambiance chaleureuse ; Sur Boogie Stop Shuffle de Charles Mingus, compositeur préféré de Kyle, à la contrebasse, seul, concentré, rapide, il capte son public, jusqu’à ce que la batterie, soudaine, entraîne le quintet avec enthousiasme et vivacité. Une grande variété d’émotions qui a enchanté le public.

Quel ensemble dynamique, passionné et passionnant !

Ce fut un concert jazz tourné vers l’avenir, tout comme le Grenoble Alpes Métropole Festival qui s’étend aujourd’hui dans six villes et neuf salles, et demain dans une quinzaine de salles. Il propose des pointures comme ce soir, mais aussi des musiciens français ou européens de grande valeur qui accompagnent les grands noms du jazz international.

(Kyle Eastwood : contrebasse et basse ;  Andrew McCormack : piano ; Chris Higginbottom : batterie ; Quentin Collins : trompette ; Brandon Allen : saxophones)

 

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X