(38) IsèreGrenoble-Alpes-Métropole Jazz Festival

15/10/2017 – Quatuor Caliente & Vincent Maillard à Grenoble

Quatuor Caliente & Vincent Maillard  dans le cadre du Grenoble-Alpes Métropole Jazz Festival

Le Quatuor Caliente accompagné de Vincent Maillard au Vibraphone a partagé avec le public nombreux de l’auditorium du musée de Grenoble une histoire argentine : « »Tribute to Gary Burton, vibraphone et Astor Piazzolla »

Tout commence avec l’ été Verano Porteno l’une des saisons de Buenos Aires d’Astor Piazzolla, avec le violon douceur de Michel Berrier vite rejoint par la contrebasse d’Eric Chalan, le bandonéon de Lysandre Donoso puis le piano de Cédric Lorel.

L’arrivée de Vincent Maillard et son vibraphone sonne avec Tanguedia le tempo d’un tango argentin enchanteur calme et volupteux finissant en une course effrénée à souffle court, libre et beau.

Mumuki : intro vibraphone et le libertango se lie et se délie, comme une histoire de famille chuchotée et mille rires cachés, contrebasse et violon. Le piano de Cédric Lorel relate seul une partie de l’histoire. Concentration intense, le bandonéon nous relie à cette histoire argentine. Toute la salle se laisse porter.

Nocturna de Julian Plazza style Tangonuevo, revisité vibraphone et caliente. Une concentration pour une interprétation maîtrisée pour notre plus grand bonheur. Applaudissements à tout rompre.

Puis c’est La suite de l’Ange, Milonga del Angel à deux temps rythme tango nuevo avec toujours la marque Piazzolla sensible sensuelle. Muerte del Angel puis Resureccion et toujours nos cinq musiciens, concentrés dans l’instant présent pour notre plus grand plaisir.

En trio, Eric Chalan contrebasse, Michel Berrier au violon et Cédric Lorel, piano jouent Romance de Barrio de Anibal Troilo une valse conçue à l’origine pour être chantée.
Et c’est pour La Punalada ce tango argentin de Pintin Castellanos aux sonorités rythmées et frappées, extrêmement joyeux comme un jour de fête que Lysandre Donosoet son bandonéon fait son retour.

 

La soirée se terminera avec cinq autres compo d’Astor Piazzolla Otono Porteno, Little Italy, Michelangelo 70, et en final comme une évidence Concierto para Quinteto.

L’Argentine et le tango de Piazzolla par le Quatuor Caliente, Quinteto ce soir, nous a été raconté une nouvelle fois sans jamais perdre son identité avec force et séduction, douceur et chaleur Le public est conquis et a droit à un rappel.

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X