(38) IsèreJazz Club de Grenoble

9/11/2017 – L’Appel du 5 au Jazz Club de Grenoble

L’Appel du 5 ? Ce sont cinq musiciens venus de l’Ain jusqu’à Grenoble. Cinq comme les doigts de la main, aucun ne remplace l’autre et cependant ils sont indissociables dans une itinérance méditerranéenne pleine d’émotions.

Trois instruments à cordes acoustiques, un saxophone et un set hybride batterie-percussions aux influences gitane, cubaine et arabe, rien que ça pour un concert original fait essentiellement de compositions d’Alexandre Desmolliens, extraites de leur dernier album « Mi fugue, mi raison ».

La soirée s’anime autour d’une grande variété de jeux acoustiques et de rythmes. Yazdhi Chalabi, au saxophone entraînant, sourit sur la mélodie des cordes ; Alexandre à la guitare accélère, la batterie s’amuse tandis que la contrebasse et le banjo mènent la cadence avant un retour au calme soudain. Bientôt, Jacky Arpino au banjo, picore d’une voix claire et relance l’ensemble, joyeux, exalté. Jorge Costagliola  tambourine sur ses congas, caresse ses cymbales, tandis que la guitare vibre à l’envi. La rythmique court, sautille, sombre lourdement puis repart. Le saxophone s’époumone dans la course avant de sautiller, rejoint par la guitare. Quel souffle pour ce Gallinacé !

Pour Anna, le sax et la guitare, seuls, langoureux, expriment toute leur tendresse. Louis Ménard à la contrebasse se fait discret. La vibration douce des cordes rejoint le souffle retenu du sax.

Un traditionnel grec, Mandilatos, brille sur les bords de la Méditerranée. La contrebasse s’avance et marque le pas de danse. L’enthousiasme du public ne faiblit pas. Pour Don’t Buy Ivory, d’Henri Texier, la batterie domine sur un ensemble puissant.

La salle ne cache pas son plaisir et rappelle le groupe, exubérant, pour Ghost Dance du compositeur lyonnais Jorge Jorgensen.  De plus en plus vite, de plus en plus fort, ils ne nous lâchent pas !

 

Alexandre Demolliens : guitare ; Yazdhi Chalabi : Saxophone alto ; Jacky Arpino : banjo ; Louis Ménard : contrebasse ; Jorge Costagliola : batterie, percussions

 

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X