(69) RhôneLe Périscope

9/11/2017 – Seamus Blake French Quartet Periscope

Ce Jeudi 9 novembre 2017 et dans le cadre d’une très riche tournée européenne, c’est le Périscope de Lyon qui recevait le Seamus Blake French Quartet, porté par LE saxophoniste / compositeur ténor new-yorkais Seamus Blake, reconnu comme l’un des meilleurs représentants du jazz contemporain.

Un magnifique quartet donnant la parole à des musiciens qui commencent à s’imposer comme la fine fleur de la jeune relève du jazz français, réunis en février 2017, en vue d’une tournée en Europe, formé du pianiste Tony Tixier que l’on peut croiser à New-York, vu notamment aux côtés de Christian Scott et Logan Richardson, et de la section rythmique formée de Florent Nisse à la contrebasse et de Gautier Garrigue à la batterie, qui ont joué ensemble dans plus d’une quinzaine de groupes, accompagnant entre autres Chris Cheek, Michel Portal, Logan Richardson, Jakob Bro, Yaron Herman, Emile Parisien…Ce qui ne devait être que le groupe d’une tournée s’avère fonctionner humainement et musicalement à merveille. Le quartet est alors baptisé: Seamus Blake French Quartet.

A trente-sept ans, la discographie très fournie de Seamus Blake, où il émarge comme leader ou co-leader sur plus d’une quinzaine d’albums, ainsi que la série de 70 CD où figure son nom comme sideman, témoigne à elle seule de la crédibilité et de la reconnaissance dont il jouit dans un milieu connu pour son exigence.

Une liste qui devrait d’ailleurs prochainement s’enrichir puisque nos amis ont prévu d’enregistrer un disque dont la sortie est prévue courant 2018.

Seamus Blake m’a subjugué par la sophistication de ses improvisations et l’onctuosité de son jeu.

Tony Tixier est au piano. Juste droit. Mais Tony Tixier sait faire sonner les pianos droits, virtuose et bouillonnant, technique exceptionnelle des deux mains, une fulgurance et une précision hors du commun.

Florent Nisse à la contrebasse, une quinzaine d’albums à son actif, reconnu dans le milieu du jazz lyonnais, toujours aussi stable, créatif, volubile et puissant, en totale complicité avec Gautier Garrigue à la batterie.

Un jazz moderne, compact, violent et très cadré mais également fluide et aéré, où chaque protagoniste prend sa part égale de lumière dans des chorus flamboyants. Une démarche toujours aussi émouvante qui nous offre la quintessence de ce qui peut être réalisé entre des musiciens exceptionnels, ouverts d’esprit et au sommet de leur art, dans une bulle d’énergie maitrisée en constante expansion.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X