(38) IsèreHiboubox

31/12/2017 – Jukebox Quartet au Hiboubox

Il n’y a pas que les musiciens qui font des résidences. J’ai décidé de « sacrifier » à la sempiternelle tradition du réveillon de la Saint-Sylvestre avec des amis, les bouchons de champagne, les langues de belle mère pour passer deux soirées au Hiboubox ce restaurant musical de Villard-de-Lans avec beaucoup de jazz dedans.

Cela fait quelques mois que Frédéric Leclercq a ouvert son affaire avec ce paris fou de faire jouer des musiciens plusieurs soirs par semaine. L’endroit étant un peu excentré nous n’y étions pas allés très souvent. Il fallait corriger ça.

Donc mon réveillon se fera en compagnie du Jukebox Quartet, des musiciens rhônalpins : Florent Briqué: trompette, bugle ; Christophe Telbian: batterie ; Shamy Monany: basse ; Romain Baret: guitare ; dont deux Villardiens (Christophe et Shamy)

La station est complète ce soir et le Hiboubox également. Il va falloir assurer.

Le répertoire est construit autour de titres qui ont façonné le jazz depuis la fin des années 50 à commencer par Moanin (Bobby Timmons) immortalisé par les Jazz Messengers puis un autre thème archi-connu The sidewinder de Lee Morgan. Sur ces deux premiers morceaux chacun aura pu s’exprimer et nous livrer des chorus bien tournés.
On calme le jeu avec une magnifique ballade Speak low. Florent Briqué nous montre un joli phrasé sur ce thème lent.

Suit un In a walked bud sans piano et c’est la guitare qui se colle au thème, surprenant et ça passe bien, la trompette enchaîne, ça groove grave.

Changement d’époque avec le Greasy G de Joshua Redman.

Fin du premier set avec Mister Clean de Freddie Hubbard, autre grand trompettiste de ces années fastes s’il en fut.

fin du premier set et pause bière pour tout le monde. Bizarrement le concert reprend à 23h30, il sera plus festif et démarre sur Pick up the pieces du groupe Average White Band puis arrive le célèbre Strasbourg St Denis de Roy Hargrove. Thème qui annonce une série dédiée au trompettiste puisque suivront Forget regret et Rich man’s welfare. Série juste interrompue par les douze coups de minuit et leurs effusions d’embrassades parfois hystériques.

Changement d’époque mais on reste dans le groove avec Butterfly d’Herbie Hancock. Un passage par Depeche mode avec Enjoy the silence et final sur un autre tube d’Herbie Hancock : Watermelon man.

Mission réussie pour ce quartet qui aura su retenir l’attention des convives par un choix judicieux de morceaux et des interprétations aux petits oignons.

Suite des événements au Hiboubox, demain avec le pianiste Alain Decroix.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X