(38) IsèreJazz Club de Grenoble

15/02/2018 – Assaï Jazz Trio invite Alfio Origlio au Jazz Club de Grenoble

« Assaï Jazz Trio » c’est le résultat d’une rencontre, il y a une dizaine d’années, de trois musiciens lyonnais Mathieu Garreau, batteur, Alexis Requet, saxophoniste et Stéphane Rivero, contrebassiste. Ils ont créé cette formation originale pour interpréter leurs propres compositions.  Après quelques années nos musiciens  ont souhaité ajouter un instrument harmonique au trio et tout naturellement le choix s’est porté vers le pianiste Alfio Origlio, dont le style  pouvait parfaitement s’intégrer à leur  musique.

C’est ce qu’ils ont parfaitement démontré lors de cette soirée au Jazz club de Grenoble.

Notre trio transformé en quartet entame le premier set par  un morceau Song for Zia composé par le saxophoniste Alexis Requet pour sa fille, il nous a gratifié dans ce morceau d’une très belle improvisation au sax ténor. Les introductions en duo piano batterie, où le pianiste Alfio Origlio montre ses grandes qualité de rythmicien, se transforment en bataille rythmique au grand plaisir du public. Les morceaux s’enchaînent donnant à chacun des musiciens la possibilité d’exposer ses qualités de compositeur et de soliste. Le premier set se termine par une composition d’Alfio Origlio Didonade morceau qu’il avait créé pour le disque « Wings and Notes » réalisé avec André Ceccarelli et  Rémi Vignolo un trio qui se reconstituera le jeudi 8 mars au jazz club de Grenoble pour une prestation exceptionnelle.

Le deuxième set commence par  Dans les Pas, un morceau en 7/4 composé par le contrebassiste Stéphane Rivero, une belle phrase de basse à l’énergie communicative sans doute influencée par Fly Trio source d’inspiration pour notre trio.  Les compositions se succèdent où les grandes capacités de mélodiste des musiciens apparaissent. Le public s’enthousiasme ponctuant chaque improvisation par des applaudissements nourris.

Pour le rappel nos musiciens se sont tournés vers Stella by Starlight, un grand standard revisité joué en 6/ 8 qui clôt brillamment ce concert.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X