(42) LoireJazz à Montbrison

Jazz à Montbrison – Rhoda Scott et la Maîtrise de la Loire le 17 mars 2017 à la collégiale Notre Dame d’Espérance de Montbrison

Annoncé au Théâtre des Pénitents le concert se déroulera au sein de la collégiale Notre Dame d’Espérance, plus grande église gothique du département de la Loire, pour le plus grand bonheur de tous. L’acoustique est en effet parfaitement adaptée au son de l’orgue Hammond et des voix d’une quarantaine de jeunes chanteurs de la Maîtrise de la Loire, école d’enseignement de chant choral qui s’adresse à des élèves de la 6ème à la terminale.

Rhoda Scott entame la soirée avec son énergie habituelle qui réchauffe d’emblée les cœurs et les chœurs, son pied gauche virevoltant avec légèreté et précision sur les pédales de l’orgue. Elle est accompagnée à la batterie par Thomas Derouineau « jeune personne talentueuse » comme l’a présenté la diva. Parmi les morceaux nous pouvons apprécier deux morceaux de Duke Ellington Come sunday et Caravan. Le sourire et la joie de jouer tout en dansant de tout son corps ne quittent pas Rhoda Scott, appréciant pleinement le chorus endiablé de Thomas Derouineau qui nous fait voyager dans différentes atmosphères. Sans avoir le temps de respirer nous voilà transporté dans Tequila pour finir.

La deuxième partie de la soirée accueille la Maîtrise, en place depuis le début du concert, toute à l’écoute des prestations de leur maître que fut Rhoda Scott pendant trois jours très intenses et appréciés par tous.

Nous voilà au cœur du Negro Spiritual commençant avec Get on Board qui annonce d’entrée de jeu la qualité de la Maîtrise de la Loire, dirigée par Jean-Baptiste Bertrand « d’une main de fer dans un gant de velours » fera remarquer avec humour « the barefoot Lady »*.

Après une belle interprétation de Oh freedom, la Maîtrise quitte l’estrade pour s’installer en cercle sur l’avant du chœur remontant jusque dans les allées transverses et entame  Jesus walked this Lonesome Valley  en faisant voyager de choriste en choriste de petites phrases qui s’enchevêtrent et parcourent toute la nef.

Retournant à leur place pour nous interpréter  Swing Low  puis  I’m so glad .  Rhoda Scott trouvant le public d’une belle écoute mais un peu trop sage demande donc à celui-ci de participer sur  He’s got the whole world in his hands, ce qui est fait sans aucune hésitation. Ce ne fut qu’un échauffement car nous finirons par un rappel, après des salves d’applaudissement, par un  Oh when the Saints  qui ne s’arrête plus !!!!

Entre temps nous apprécierons I know I been changed, Kumbaya et Down by the riverside avec une interprétation sans faille de la part de la maîtrise, ponctué par des interventions de solistes sous l’œil attendri de Rhoda Scott appréciant le fruit du travail effectué avec eux.

* : [NDLR] Rhoda Scott est connue pour jouer pieds nus

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X