(38) IsèreVoiron Jazz Festival

21/03/2018 – Inauguration colorée du Voiron Jazz Festival

Ça y est ! Dans le grand hall du Grand Angle de Voiron, le public joue des coudes pour profiter de la Jazz Parade du Jules Ferry Brass Band ! « 70 trompettes, 30 trombones dans les mains d’une centaine d’enfants dépassant rarement les 1 mètre 40 ! » Bien encadrés par leurs enseignants, ils traversent, reviennent, repartent à nouveau, les yeux brillants, soufflant, attentifs, concentrés sur leurs instruments aux couleurs vives.

Le conservatoire de Voiron est venu à eux lors des temps scolaires et des activités périscolaires, pour leur apprendre à jouer d’un instrument c’est-à-dire, comprendre, jouer, entendre les autres et soi-même. Ces jeunes musiciens ont un projet fou, partir aux Etats-Unis rejoindre en 2019 Trombone Shorty, star de la Nouvelle-Orléans. Ils sont complètement investis, déterminés et ils réussiront grâce aux concerts qu’ils donnent et donneront d’ici là ! Ce soir, c’est une belle réussite !

Anne Mahey, responsable de cette huitième édition du festival, remercie tous les contributeurs, sans oublier Valérie Dumas créatrice du visuel du festival depuis 4 ans ainsi que la vingtaine de bénévoles que vous retrouverez lors de chaque manifestation. Soudés, investis, ils ont créé en 2017 leur association, Des Potes Jazz, histoire de garder les liens tout au long de l’année. Dès septembre, même si vous ne les voyez pas, ils commencent à préparer l’édition 2019 !

Les grands murs du hall sont animés de reproductions sur papier Tyvec de dessins de Cécile Beaupère qui a accompagné les ateliers jazz du conservatoire. Depuis longtemps elle dessine le corps humain de façon subtile, mettant en évidence ce trait qui fait qu’ils sont ce qu’ils sont. Ici, les musiciens sont croqués avec des techniques diverses, encres, aquarelles, lavis et crayons. Des formes lascives avec quelques traits de couleur rouge, verte, bleue pour relever un instrument, son souffle, révèlent sa proximité avec l’artiste.

Chacun grignote, boit; les enfants décompressent maintenant et le Raggy Jazz Band a bien du mal à se faire entendre. Les  blues,  ragtimes, dixieland  et  autres  sont bel  et  bien  les  rythmes  précurseurs  de  nos  danses modernes. Nous sommes portés par  les  sonorités  enivrantes  de  ce  « jazz  band »  mi-anglais  mi-français mené par John  Swales au tuba, accompagné par Pierre-André Michelini au  sax  soprano,  Michel Diaspara à la batterie et Didier Perrin au banjo.

Assurément un festival qui s’annonce bien avec pas moins de quatre-vingt évènements mêlant quatre cent cinquante musiciens amateurs et soixante dix professionnels aux quatre coins des territoires dans les salles de spectacles, salles communales, écoles, MJC, fermes, église, cafés, restaurants…

De grands noms comme Bojan Z et Julien Loureau, Lucky Peterson, Roberto Negro et Emile Parisien, Le Trio Barolo…et bien d’autres que vous retrouverez sur www.voiron-jazz.com et dans l’agenda de Jazz-Rhone-Alpes.com.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X