(42) LoireJazz à Montbrison

23/03/2018- Léa Castro au festival Jazz(e) à Montbrison

Quelle belle découverte que le Léa ou « Les A » Castro Quintet  réunissant de jeunes musiciens talentueux dont les 4 initiales sont un A !!!!. Léa Castro est également conseillère artistique du festival Jazz(e) à Montbrison et de ses sept concerts, avec un « e » qui marque le choix des organisateurs de programmer exclusivement des artistes féminines de grand talent.

La belle voix chaude de Léa Castro débute la soirée juste accompagnée par Alexandre Perrot à la contrebasse bientôt rejoints par le piano, la batterie et Axel Rigaud au sax soprano dans une reprise des Beatles Here comes the sun. Le solo de contrebasse monte en puissance, invite le piano à prendre la parole et le chant à les rejoindre avec la même énergie avant de calmer le jeu avec le retour du thème .

Nous voici transportés dans un rythme africain sur une composition de la chanteuse et du pianiste, adaptation d’un poème de Khalil Gibran On children dans une belle atmosphère .

Au tour cette fois d’Antoine Delprat de nous chuchoter de très mélodieuses notes au clavier sur un rythme chaloupé dans Black is the color suivi par une valse, Between the bars, où Antoine abandonne le piano pour le violon installant le rythme en pizzicati avec la contrebasse avant l’arrivée du chant, accompagnés par Axel Rigaud à la flûte.

Roulement sur le tom basse par Ariel Tessier sur une nouvelle composition signée Léa Castro et Antoine Delprat dont le titre The Roads va nous faire voyager sur des routes très modales dans un chorus au sax soprano suivie d’un solo enflammé d’Ariel Tessier. Le calme revient avec une impro de la chanteuse accompagnée pas les chœurs des contrebassiste et saxophoniste.

Retour à la douceur avec une ballade Detour Ahead avec  Antoine Delprat au violon qui nous interprète un beau chorus à l’archet .

Desert Song annonce la couleur très orientale avec des mesures à sept temps, un chorus très intimiste à la contrebasse accompagné de quelques arpèges au piano et une batterie tout en finesse.

Suivent un duo piano chant sur une reprise de Joni Mitchell Urge for going, Ordinary world rassemblant à nouveau le quintet, et le set se termine par une merveilleuse version de My favorite things introduite délicatement au piano rejointe par Léa Castro au chant puis par Alexandre Perrot à l’archet, et un beau solo d’Axel Rigaud au sax alto.

Un premier rappel nous permet d’entendre une version très rapide de Mood indigo avec un très beau chorus de piano et de batterie. Le public en redemande et ils ne se font pas prier longtemps pour terminer cette superbe soirée par une ballade I want a little sugar in my bowl.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X