(38) IsèreActualitésDépartementNewslettersVoiron Jazz Festival

24/03/2018 – Le Mille Jazz Trio invite José Caparros au Voiron Jazz Festival

Cet événement est organisé par le jazz club dans la salle Atmosphère de Voiron que nous connaissons bien. 

Le trio est composé de musiciens réputés régionaux que l’on aime rencontrer dans les salles de concert: Fabien Mille au piano, Laurent Courtois à la contrebasse et Lionel Grivet à la batterie.

Quant à José Caparros, c’est un trompettiste généreux avec son public, infatigable, qui cultive une grande complicité avec les musiciens qui croisent sa route. C’est le cas ce soir autour d’un programme en hommage à Dizzy Gilepsie. Avec Miles Davis et Louis Armstrong, celui-ci est considéré comme l’un des plus importants trompettistes de l’histoire du jazz. Il a participé à la création du style bebop et contribué à introduire les rythmes latino-américains dans le jazz.

Sur Tin Tin Deo, Fabien, au clavier, est enthousiaste. José, tonitruant, vit sa musique. La batterie et la contrebasse soutiennent le tempo avec ardeur. Quelques solos : Laurent à la contrebasse se fait et nous fait plaisir, Lionel s’exprime avec ardeur et dextérité. La trompette revient, harmonieuse, séduisante, puis virulente avant de s’éteindre dans un souffle.

José aime nous faire découvrir les particularités de Dizzy, comme sur Oon Ga Wa, très peu connu, très dansant qui met en valeur la dextérité de l’ensemble ; ou encore sur Polka Dots and Moonbeats, ni écrit ni joué par Dizzy, mais qui révèle bien son goût : une ballade tendre jouée par une contrebasse soignée, des balais très doux, un piano subtil. La trompette s’invite d’abord sensible, parfois exaltée. L’ensemble termine le thème, vibrant. Le premier set s’achève sur Hot House un bebop dont la structure harmonique est identique au thème de Cole Porter « What Is This Thing Called Love ? ». Il fut très joué par Dizzy ainsi que par Charlie Parker.

Le 2ème set reprend avec entrain sur des thèmes de latin jazz. Connivence entre les musiciens, chacun a l’opportunité de s’exprimer et de relancer ses partenaires. Rythme frénétique, précision dans le jeu, effervescence du groupe. Con Alma, composition de Dizzy,  incorpore les aspects du bebop et du latin jazz. Lionel joue avec les doigts sur ses caisses, Laurent, très concentré tire le meilleur de sa contrebasse, Fabien fait vibrer son piano, très alerte. José, décontracté, s’amuse sur sa mélodie, décontracté.

Il jouera plus tard de la trompette bouchée à effets. Le résultat est plein de charme. On se balance.

Un ami, Jacques Brain, est invité sur scène et chante d’une belle voix profonde, mélodieuse… José jouera, pour se faire plaisir, une chanson d’Armstrong, qu’il vénère: Do you know What itMeans To Miss New Orleans?

José a ses idoles, Louis Armstrong, Billy Holiday, Ella Fitzgerald….

Rien que du beau monde, ce soir!

 

www.voiron-jazz.com

Merci à Carlos Sainz-Pardo pour ses photos

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X