(38) IsèreLes Détours de Babel

03/04/2018 – Tribute to Sidney Bechet, Archie Shepp à la Rampe d’Echirolles

…à l’aube éternelle de la blue note !!

Un excellent concert, de facture somme toute relativement classique dans sa forme et son contenu, nous a été offert ce 3 avril à la Rampe d’Echirolles dans le cadre des Détours de Babel qui revenaient ainsi aux sources du jazz avec un magnifique hommage à Sidney Bechet par l’un des derniers grands « souffleurs » du jazz encore en activité : l’immense Archie Shepp.

Concert à guichet fermé en cette soirée douceur sous la houlette d’un Maître Shepp au crépuscule d’une carrière exceptionnelle bien moins soucieux d’être la vedette de la soirée que de valoriser ses propres et talentueux musiciens. Il est vrai que son parcours parle pour lui et que dès les premières notes, quel que soit son répertoire, ce bon vieil Archie nous fît du Mister Shepp : un son puissant, chaud, rond, déchiré, rauque et grinçant, tout à la fois grondeur et barrissement. Somptueux !!

Travaillant toujours hors des sentiers battus de l’esthétisme convenu, dès le premier solo il reprit immanquablement le chemin sonore de sa grande période free et revendicative (du « New Thing at Newport » avec John Coltrane en 1965 au « Mama Rose » de 1982). Un bonheur !

Mais aussi quel magnifique pied de nez à l’histoire qu’en cette veille anniversaire de l’assassinat du pasteur Martin Luther King ce monument d’avant-garde et de révolte qu’est Archie Shepp revisite Sidney Bechet l’un des pères fondateurs de l’histoire du Jazz, trait d’union indiscutable entre Amérique et France, allant même jusqu’à s’approprier « le«  sax soprano de « petite fleur » qui n’est pas son saxophone de prédilection… hommage ultime sans doute !

Particulièrement bien épaulé par un sextet de musiciens hors-pair venus de tous horizons et de toutes émotions, de la délicatesse du pianiste Carl Henri Morisset à la malice du duo des trompette et trombone Olivier Miconi et Sébastien Llado (dont le travail à la sourdine fut remarquable) jusqu’au timbre cristallin du chant de Marion Rampal en passant par le swing des fûts de Steve McCraven et l’inébranlable pulsation du contrebassiste Matyas Szandai, Maître Archie Shepp le magnifique, se réveillant à notre mémoire, nous a régalé de son incroyable jeunesse d’esprit mais aussi de son inépuisable souffle pour nous offrir un grand moment d’histoire musicale.

« Very good trip » et superbe soirée, comme un clin d’oeil à l’aube éternelle…de la blue note et du Matin des Noires !!

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X