(69) RhôneAuditorium de Villefranche

05/05/2018 – Le Big Band de Villefranche invite Claude Lieggi

Comme chaque année à la même période l’Auditorium de Villefranche met les petits plats dans les grands et accueille le Big Band du même nom. Cette formation XXL s’inscrit dans la continuité, sa direction est assurée par Christophe Metra et nombre de musiciens y vieillissent avec lui.

Chaque année un nouveau thème est présenté. Ce soir il s’agit d’un retour aux années 50 du Paris des Zazous et de la chanson française décomplexée. Une fois n’est pas coutume (on se rappelle de la venue de Christine Vallin) le big band a fait appel aux talents d’un chanteur Claude Lieggi, bien connu en terres caladoises.

Quelques notes et arrive le chanteur emperruqué et enjupé pour incarner le personnage de Magali Noël et la célèbre chanson Fais moi mal Johnny de Boris Vian. D’emblée nous partons quelques décennies en arrière.

Exit les artifices et Les Filles de joie glacent l’ambiance heureusement bien servies par des arrangements 100% jazz et 100% Pascal Berne.

Tout au long du concert l’alchimie entre Big Band, chanteur et arrangements originaux fonctionnent à plein. Pascal Berne a repris quinze titres parmi les plus connus de Georges Brassens ou de Boris Vian et nous en propose une relecture jazz pas du tout tarte à la crème. L’orchestre swingue à fond. Quelques-uns prennent des chorus : Victor, Franck, Cléobulle, Héliodore, … et devant Claude Lieggi fait le show. Extraverti, costumé, il aspire le public.

On adore sa Complainte du progrès.

Il émaille son show d’aphorismes croustillants (« Parler aux cons c’est comme se masturber avec une râpe à fromage. C’est beaucoup de souffrance pour peu de résultat » ; « Siffler en travaillant est un signe de bonne humeur, sauf peut-être dans la police » ; « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça ne se vende plus » ; …)

J’suis snob est délicieusement décadent (dans un costume très kitsch)

Drôle de surprise à la fin où Claude Lieggi nous explique s’amuser à intervertir musiques et chansons à titre d’exemple il nous sert un Ne me quitte pas sur La danse des canards. Cocasse. Tout ça pour annoncer une commande passée à Pascal Berne (qui n’est absolument pas responsable, Claude Lieggi l’assumant complètement), la reprise de La mauvaise réputation sur le thème de L’aventurier d’Indochine … et ça le fait !

Vous l’aurez compris nous avons passé un excellent moment de bonne musique dans une ambiance décontractée avec un big band au mieux de sa forme. Si vous n’y étiez pas, ce concert sera redonné le mercredi 4 juillet à 12h30 à Cybèle (Jazz à Vienne)

Ont collaboré à cette chronique :

X
X