(69) RhôneJazz à Cours & à Jardins

03/06/2018 – Orchestre Dixieland de la Musique de l’Artillerie au Jardin Boop

Rigueur et entrain dans un jardin

La rigueur militaire est de mise : exactitude du concert à 16 heures précises, tenue vestimentaire uniforme des six musiciens : pantalon noir à doubles bandes rouges, chemise blanche et cravate noire pour les cinq hommes et la femme présents dans ce magnifique jardin qui nous accueille avec des fauteuils confortables.

Le programme « dixieland » est conforme à nos attentes : un premier morceau intitulé High Society est suivi par Dixieland . Bill Bayley précède Birmingham shuffle qui met en avant la « cheffe-clarinette ». Le morceau suivant sera dédié à leur chef absent et met en avant « l’adjudant-caisse-claire ». Stumblin’ suivra ensuite puis « l’adjudant-trombone » nous invite à reconnaître le morceau suivant : les dizaines d’auditeurs présents annoncent Hello Dolly !

Puis vient un blues : St James Infirmary blues précédant un entraînant Panama avec successivement solos de clarinette, saxo et trombone. Nous aurons ensuite I can’t give you anything but love. Deux standards précèderont Joshua fit the battle of Jericho qui extrait les auditeurs de l’écoute passive : les mains battent et les corps remuent en cadence. La communion avec la musique ne faiblit pas lorsque le groupe entonne Tiger rag où « l’adjudant-trombone » se déplace parmi le public enchanté. Les spectateurs, debout, demandent un dernier morceau qui leur sera accordé avec entrain.

Sourires, échanges avec le public de tous âges ont fait de ce concert épargné par la pluie un moment qui nous a ramenés à La Nouvelle Orléans du début du siècle dernier… Louis Armstrong n’est plus, mais son style plait toujours !!!

Ont collaboré à cette chronique :

X
X