(01) AinLa Ferme à Jazz

14/06/2018 – Doriane Jazz Quintet à La Ferme à Jazz

Doriane Jazz quintet, c’est chaud !

La température a considérablement grimpé, à la Ferme à Jazz jeudi dernier, non seulement parce que la salle était comble comme jamais, non seulement parce que l’interprétation d’un  Fever qui a souvent mis le feu a joué les volcans, mais aussi parce que l’ensemble de la prestation du « Doriane Jazz Quintet » a porté, tout au long de la soirée, une chaleur humaine, une complicité entre musiciens et public tout à fait remarquable.

Les thèmes, qui font partie de notre patrimoine musical, ont été interprétés et réinterprétés  au fils des ans. Ils restent dans nos mémoires comme des morceaux choisis, qu’on réécoute encore et encore, comme des « doudous » qu’on aime à câliner, et ça été un bonheur de les réécouter, avec des arrangements actuels, qui ne leur ont donné que plus de sensibilité.

Car il s’agit bien de sensibilité, d’émotion. Comme le précisait Doriane Soler, elle n’a pas encore une grande habitude de « concerter » avec plusieurs musiciens. D’abord sur la réserve, presque un peu timide, elle a pu s’appuyer sur des musiciens qui l’ont soutenue avec talent, mais aussi sur l’enthousiasme d’un public tout acquis. Autodidacte, nourrie dès son plus jeune âge par les grandes voix du jazz, Doriane a trouvé sa voie – et sa voix – au Canada, lors d’un séjour organisé par le Rotary Club. Elle n’a plus rien lâché, et n’a pu que se bonifier au fil des ans. Résultat : une voix tout en suavité, en nuances, qui «swingue » bien, et qui ne demande qu’à être encouragée encore.

Déjà, un EP 5 titres, enregistré au studio de Laurent Darmon permettra au public de faire mieux connaissance avec ce Doriane Jazz Quintet.

Mais à la Ferme à Jazz, la simplicité de la dame, les frémissements d’émotion qu’elle a su partager,  la belle complicité entre les musiciens et le public ont suscité un joli moment de plaisir, qui ne demande qu’à être renouvelé.

Un mot sur les musiciens qui l’ont accompagnée lors de cette soirée : ils ont été à la hauteur, bien sûr,  et nous avons eu le plaisir de retrouver Hervé Humbert (batteur dans le Big Band de l’œuf, TNT, Noir Houblon, etc..) dont les chorus, tout en nuances ont été particulièrement appréciés. Nous retrouverons Hervé Humbert et Laurent Damon le 19 juillet à Mâcon, dans le cadre du festival du Crescent.

Quant à Doriane, nous la retrouverons (en quartet) le 26 juillet à Nantua.

 

 

Les Musiciens :

Doriane Soler : voix

Laurent Darmon : piano

Hervé Humbert : batterie

Yvon Chery : contrebasse

Didier Desbois : sax alto & clarinette

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X