(38) IsèreJazz à Vienne

10/07/2018 – Lucky Peterson au Théâtre Antique

Après Marquise Knox et Sugaray Rayford, c’est Shawn Kellerman « the hardest playing blues guitarist » qui introduit le concert de Lucky Peterson avec Boogie Thang. Introduction cool d’abord puis ça redémarre très fort et d’emblée il nous fait apprécier sa dextérité. Il chante aussi accompagné de Timothy Waites à la basse, Raul Valdes à la batterie. Ensuite il accueille l’arrivée triomphale de Lucky Peterson qui s’installe à l’orgue Hammond avec un énorme sourire. Heureux d’être là malgré la fatigue. C’est un musicien qui a été en contact très jeune avec l’orgue grâce à sa famille et à toujours progressé grâce à d’heureuses rencontres.

Quelques solos de guitare de Shawn qui restera impressionnant et mènera le groupe à fond les manettes toute la soirée. Timothy à la basse six cordes fait des étincelles et l’organiste répond à Lucky sur ses claviers parfois en mode piano. Le rythme est dingue.

Georgia débute par un duo clavier, puis Lucky passe à la guitare avec la même maîtrise et s’offre un petit bain de foule dans la fosse (il aurait eu du mal à balader l’orgue Hammond). Go Johnny Go, are you ready ?

Puis arrive le tour de Tamara Tramell au chant. Elle fera un beau cover de I can’t stand the rain, le public est invité à réagir et devant son peu d’enthousiasme il a le droit à une partition de cirque pour gentiment évoquer son côté clownesque. Tamara introduit les musiciens et chacun y va de son solo. Proud Mary vient couronner le rappel et cette fois ci le public réagit en jumpant pour terminer en beauté cette soirée Blues.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X