Encore une autre tradition au Festival du Crescent. Ce sont les professeurs du stage qui débutent le festival sur la grande scène de l’Esplanade Lamartine. Comme le nom l’indique ils sont au nombre de sept : Eric Prost, sax ténor, Christophe Metra, trompette, Baptiste Poulin (le plus récent de la bande), sax alto, Christian Brun, guitare, Romain Nassini, piano, Greg Théveniau, basse électrique et Stéphane Foucher, batterie.

Chaque année le septet propose une thématique.

Cette année Stéphane Foucher et Christian Brun ont exhumé un disque de heroes” du jazz, “Parallel realities”, sorti en 1990 avec à l’affiche Jack DeJohnette, Herbie Hancock, Dave Holland et Pat Metheny, excusez du peu et ils l’ont ré-arrangé pour le septet.

A la réécoute cet album connoté « jazz fusion » passe plutôt mal la rampe des années.

Mais une fois ré-arrangé et en live avec le Crescent Septet il prend une nouvelle saveur.

Les chorus de Baptiste Poulin à l’alto et Christian Brun à la guitare, la trompette de Christophe Metra redonnent un coup de fouet à l’ensemble. Et puis le live ça amène du sel à toute bonne musique.

Juste une question. Pourquoi balancer autant de fumée sur scène ? On ne voit plus les musiciens qu’au fond d’un brouillard et ça indispose le public qui s’en prend plein la gueule. Alors je ne vous cause pas des photographes qui râlent… comme d’habitude.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X