(26) DrômePoët Laval Jazz

22/07/2018 – Pierre HH Trio au Poët-Laval Jazz

Pierre HH  ( Achache pour les proches et les lointains… comme l’état civil) est un musicien au beau parcours, puisque depuis qu’il a pris une guitare entre les mains à treize ans, il n’a cessé de multiplier les formations, remporter des prix et graver de très beaux CD. Élève de M. Petrucciani, élève au centre Didier Lockwood, où il rencontre Kurt Rosenwinkel et Louis Winsberg entre autres il reçoit une médaille d’or au conservatoire d’Orsay et enregistre en 2007 un premier CD  « Podocarpus » qui n’a pas du déplaire au monde musical puisque en 2009, c’est avec David Enhco, Bastien Ballaz…qu’il grave « Lithopon » son second CD.

L’accueillir au « Petit Théâtre » de Poët-Laval durant le festival de jazz de juillet était une expérience prometteuse.

Jaaz-Rhône-Alpes.com était donc au rendez-vous pour écouter un trio composé avec Nicolas Serret à la batterie et Cyril Billot à la contrebasse.

La conviction du public a été plus que largement acquise.

Le beau son de guitare immédiatement séduit l’oreille : pour une guitare jazz un peu à la Wes Montgomery, c’est mieux. Nous identifions rapidement les thèmes : Turn around d’Ornette Coleman. Pulse de contrebasse impeccable, drums créatif et nourricier : l’accompagnement et les 4/4 en témoignent. On green Dolphin street et un tempo de bossa caractérisé. Les chorus de Pierre, sont bien construits, fluides, ponctués d’accords. Cela chante toujours. Ah ! Nardis et ses couleurs phrygiennes ! Et cette première compo : Ballade à trois pattes, qui s’avère …être une valse.

Puis une magnifique ballade : Polkadots and moon beans, à la mélodie si belle, au changement de tonalité (du pont) tellement heureux et chantant.

Nous aimerions chanter en écoutant Pierre , l’accompagnement si impeccable de Nicolas et Cyril, devant les belles collines de la Drôme. A perte de vue. Il y a de l’infini dans la beauté et toujours ce jeu en octave . Si caractéristique sur Monk’s dream. Ligne claire de basse, bossa sensuelle et dansante. Falling grace de Steve Swallow.

Une autre composition de Pierre  Fruit pins, à la mélodie bien dessinée ; on en oublie au départ que c’est un blues. Un bon signe. Et nous retrouvons le blues dans les chorus.

Dans son introduction de batterie, Nicolas fait chanter My little suede shoes, le thème de Charlie Parker. Excellence du be-bop ! Bien rendue par le trio, reconnue par le public unanime. Il y aura bien sûr un rappel. In walked Bud . Monk met ses pas dans ceux de Bud Powell, nous mettons avec le public, les nôtres, dans ceux du HH trio.

Ont collaboré à cette chronique :

X