(26) DrômeCrest Jazz Vocal

29/07/2018 – Naïma Quartet au Crest Jazz Vocal

Lauréat du prix du public du concours 2017, Naïma Quartet a ce soir, selon la tradition, les honneurs de la scène des Moulinages. L’occasion pour nous d’apprécier le chemin parcouru depuis l’an dernier. Fidèles aux propos de leur voisin de Sète qui affirmait que “sans travail, le talent n’est rien”, Naïma et ses joyeux compères ont passé une année studieuse, entre les répétitions, le studio et la scène ; le résultat est probant. Le groupe a gagné en cohésion, en densité et en finesse, sans perdre de sa spontanéité, et affiche une assurance tranquille et enjouée pour nous servir un set “nature”, un must en plein cœur de la vallée du Bio.

Le répertoire s’est enrichi de nouveaux arrangements, de nouvelles compositions, les piliers de la play-list ont été revisités, en ajoutant une once de rythmes latins aux côtés d’un chabada, un soupçon de bop derrière une ballade, une montée chromatique ou un changement de tonalité dans un thème qui pourrait rouler tout seul. La voix de Naïma s’est posée, jusqu’aux frontières de sa tessiture, le son s’est affirmé à la contrebasse, les chorus relèvent plus de l’action collective que de la prouesse individuelle, chacun ayant à cœur de soutenir le soliste de manière plus ou moins appuyée, qui par un petit roulement, qui par une suite d’accords qui suit ou anticipe les développements, qui par un arpège ou une bonne grosse basse bien appuyée. Thomas Doméné est un orfèvre en la matière. A l’écouter attentivement, on se rend compte qu’il est de toutes les nuances, de toutes les pêches ; comme on dit dans le jeux de ballons, son jeu “marque à la culotte” les thèmes et les impros, appuie par mimétisme ou par contraste, ponctue les marques ou lance un swing rapide et soutenu à l’arrière-plan d’une ballade.

Jules Le Risbé au piano et John Owens à la guitare alternent les chorus, toujours élégants et vigoureux, sans donner dans la surenchère.

En fin de set, Naïma se laisse tenter par deux chorus à la contrebasse ; ça y est, cette fois ils sont là et bien là, et nous en sommes ravis, ça valait la peine d’attendre un an…

Le groupe se prépare à l’enregistrement d’un album pour la fin de l’année, afin de concrétiser la maturité acquise au cours de l’année écoulée. Nous l’attendons avec impatience.

Ont collaboré à cette chronique :

One comment
  1. Chantal HARDY

    J’ai adoré cet article: une très belle écriture pour un concert de grande qualité musicale. Des photos de styles différents par 2 artistes de grande qualité.
    J’ai presque regretté d’être à l’autre bout de la France à ce moment-là.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X