(38) IsèreJazz à Vienne

06/07/2018 – Mulatu Astatke au Théâtre Antique

Mulatu Astatké est moins connu du public du jazz que la plupart des musiciens de sa génération et pourtant il est actif depuis près de 50 ans et le principal créateur de l’éthiojazz. (On ne peut évoquer la naissance de ce courant musical  et du groove éthiopien sans citer les noms de Narsès Nalbandian, Getatchew Mekurya et du chanteur Mahmoud  Ahmed).

Après des études de musique en Angleterre il est le premier étudiant africain à intégrer le Berklee College of Music de Boston dans les années 50/60, on le verra ensuite auprès des plus grands dont Duke Ellington. C’est lui qui amènera le jazz en Ethiopie et qui travaillera à partir des différentes gammes des musiques populaires. C’est également lui, vibraphoniste, percussionniste mais surtout compositeur et arrangeur qui amènera ces sonorités dans le jazz d’abord et jusqu’au grand public. Il aura fallu des passeurs comme Francis Falceto et sa collection de réédition, « Ethiopiques », chez Buda Musique, d’une part, et l’utilisation de la musique de Mulatu Astatké dans le film « Broken Flowers » de Jim Jarmusch, d’autre part, pour lui offrir une audition à la hauteur de son talent et de l’intérêt de cette musique si sensible et si touchante.

Mulatu Astatké tourne depuis quelques années avec son groupe Step Ahead formé de musiciens britanniques, ensemble totalement dévoué à l’éthiojazz de Mulatu Astatké.

C’est un public sous le charme de ces sonorités si prenantes qui ondulera tout le concert au son, entre autre de Yefikir Tizita,Yekatit, Yèkèrmo Séw et Mulatu qui est un bijou d’introspection musicale plein de douceur de poésie et teinté d’humour nostalgique, que l’on pourrait écouter en boucle sans se lasser pendant des heures.

 

Mulatu Astatké, vibraphone, percussions, Wurlitzer, compositions, arrangements ; Alexander Hawkins, piano, clavier ; Byron Wallen, trompette, conque ; James Arben, saxophone ténor, clarinette, flûte ; Danny Keane, violoncelle ; John Edwards, contrebasse, Richard Olatunde Baker, percussions ; Tom Skinner, batterie

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X