(26) DrômeCrest Jazz Vocal

02/08/2018 – Mélanie de Biasio au Crest Jazz Vocal

“Choisis la pilule bleue et tout s’arrête, après tu pourras faire de beaux rêves et penser ce que tu veux. Choisis la pilule rouge : tu restes au Pays des Merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre” (Matrix, 1999)

L’univers de Mélanie De Biasio fait partie de ces mondes parallèles que l’on visite en des circonstances étranges. Un voyage dans la matrice qui ne conviendra qu’à ceux qui ont -plus ou moins sciemment- choisi d’effectuer le voyage.

La chanteuse et flûtiste belge dessine les contours d’une musique un peu triste. Mais pas vraiment. Comme une tristesse en imprimé sur une tapisserie un peu vieille, un peu décrépie. Un truc un peu dérangeant, une démangeaison. Une impression de ne pas savoir sur quel pied danser et d’en perdre un peu l’équilibre – sans jamais vraiment tomber. Quelque chose de fragile, comme un secret bien gardé.

La voix est grave, la flûte est grave, le ton est un peu grave… Il y a une déchirure quelque part, une cassure invisible, qui semble irréparable au premier abord. Mélanie De Biasio explore au fil de ses morceaux les difficultés du monde et de la condition humaine dans une lutte qu’elle ne semble pas vraiment vouloir porter. Ni vraiment triste, ni vraiment faible, ni vraiment définitif. Juste un peu grave. A la fois le calme avant la tempête et le vide après la pluie. La voix est à vif, essoufflée par une bataille qui n’a pas (encore?) eu lieu. Mais jamais l’orage n’éclate. Juste cette sensation étrange d’un dysfonctionnement lointain. 

Que ce soit l’Afro Blue de Santamaria repris comme une évidence, l’écho subtil du Dounia de Rokia Traoré ou encore la volupté oppressante du trip-hop de Portishead ou de Massive Attack ; les influences sont nombreuses et variées et les références distillées au fil des morceaux.
Insaisissable, la chanteuse se mure dans cet espace temps qui lui est propre. Libre à chacun de s’en défaire en choisissant les rêves heureux de la pilule bleue… ou de s’y aventurer avec elle en avalant la pilule rouge. 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X
X