(01) Ain

11/08/2018 – Thomas de Pourquery & Supersonic à Brou pour “A La Folie Pas Du Tout”

Tous givrés !

La formation était attendue, le public ne fut pas déçu. Je ne sais pas ce qu’en aurait pensé Marguerite, duchesse de Savoie, ou ce M.Dewayne Johnson, jardinier  qui vient de gagner son procès contre Monsanto (le coup du pot de terre contre le pot de fer…), à qui ce concert était dédié, mais le public Bressan a adoré.

D’entrée, le batteur “fou” donnait le ton… immédiatement accompagné par ses collèges, tous  bien atteints également. Déchainement des forces, orages, cyclones… Et pourtant…  Au fil de ces vibrations frénétiques, on a entendu une basse touchée avec la délicatesse d’un amant, une trompette aux modulations d’oiseau, un sax souple et nuancé, des cuivres qui se parlent, se répondent, s’unissent, un piano expressif, une voix aussi belle dans les aigus que dans les graves… Bref, comment le dire ? Dans ce déferlement d’énergie pure sont apparus des moments  d’une force poétique puissante, originale, indiscutable…

Ces musiciens-là donnent à tous les niveaux, ils ont le talent, l’inspiration, la créativité et de plus, savent mettre en scène leurs engagements sociaux. Ils  étaient à Mens la semaine passée, Bourg était leur dernière étape avant les vacances : après de tels concerts, un peu de repos sera bien nécessaire ! Quant au public de Bourg, il en a redemandé, estimant, dira l’un des spectateurs que “tout est bon, rien à jeter”.

La nuit bleue dans le cloître du Monastère de Brou a vibré intensément. Ce cadre parfait, bien mis en valeur par les techniciens du festival s’est prêté merveilleusement, une fois encore, à la folie des musiciens et du public, une folie quasi vitale, nécessaire en tous cas, pour faire vibrer le son et toucher en profondeur.

 

Les maîtres du jeu :

Thomas de Pourquery:  sax alto, voix, électronique.

Laurent Bardainne: sax ténor, chant, synthé.

Frédéric Galiay: basse, voix.

Edward Perraud: batterie, voix, électronique,

 Arnaud Roulin: piano, synthé,  accordéon, trompette, bugle, voix.

 Fabrice Martinez: trompette, bugle, voix.

A savoir : Thomas de Pourquery nommé Artiste de l’Année aux Victoires du Jazz 2017 et “Supersonic” Meilleur Album aux Victoires du Jazz 2014 .

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X