(69) Rhône

12/08/2018 – Gilles Lerouge au carillon de l’Hôtel de Ville de Lyon

Leçon de cloches

À quelques pavés du Péristyle de l’Opéra, le drapeau tricolore flotte au vent du sud sur l’Hôtel de Ville de Lyon. Le ciel s’obscurcit au dessus de la Cour d’Honneur qui accueille une centaine d’auditeurs réunis pour assister au tout premier concert de jazz au carillon de Lyon et ses soixante-cinq cloches. C’est Gilles Lerouge qui est monté dans le beffroi pour sonner les trois coups qui ouvrent traditionnellement chaque concert sur la plus grosse des cloches, pas moins de 4,5 tonnes ! Le Ch’ti maître carillonneur a concocté un programme dédié au jazz. L’expérience campanaire est étonnante. On ne voit ni l’instrument, ni le musicien. Seuls les sons des cloches parviennent aux oreilles des amateurs et curieux. Une vingtaine de milliers de Lyonnais ou touristes peuvent d’ailleurs profiter, souvent à leur insu, des concerts de l’Hôtel de Ville…

Derrière le public, le clapotis de la fontaine accompagne en continu les pièces interprétées, face à lui, par l’invisible carillonneur : On the sunny side of the street de Jimmy McHugh, Yesterday  de Lennon et Mc Cartney, Suite de jazz de Gilles Lerouge s’ouvrant sur The man I love de George Gershwin,  C’est si bon de Henri Betti, Hommage à Gainsbourg autour de La Javanaise et Couleur café, Summertime de George Gershwin, Dans les rues d’Antibes de Sidney Bechet, Take five de Paul Desmond, Le P’tit Quinquin et Auld Lang Syne (Ce n’est qu’un au revoir). 

Cette heure de jazz irréelle aux sons des cloches peu habituées à ces rythmes a réuni celles et ceux qui découvraient ou retrouvaient cette écoute plus habituelle dans le Nord ou en Belgique. La plupart du temps, les concerts de carillon mêlent pièces classiques, arrangements de tubes et compositions originales. Saluons l’originalité du natif de Valenciennes  invité par l’Association des Amis des Carillons Lyonnais dans le cadre de l’opération “Tout l’monde dehors !” Le spécialiste européen du jazz au carillon, premiers prix de piano et de carillon, directeur de l’école municipale de musique, chef de l’harmonie, directeur de l’orchestre symphonique de la ville de Saint-Amand-Les-Eaux a fait preuve de son talent en proposant des arrangements originaux de thèmes connus des amateurs et appréciés de spectateurs attentifs, ravis de reconnaître les thèmes proposés quand les introductions se voulaient mystérieuses. Commencée en lumière naturelle, entre chien et loup, sa prestation s’est achevée sous les lanternes, à la nuit tombée,  le tonnerre lointain remplaçant les sons des cloches… et de la fontaine. Retour à la réalité !

 

 

 

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X
X