(26) DrômeParfum de Jazz

14/08/2018 – Amou’Caché Quintet à Parfum de Jazz

Tradition du festival Parfum de jazz, les apéros jazz, aujourd’hui rebaptisé « Jazz au village » offrent chaque jour, en des lieux différents de la Drôme provençale, des concerts gratuits de qualité.

Aujourd’hui mardi 14 août, place du Quinconce de Buis les Baronnies, Amou’Caché  quintet va nous enchanter.

Ce groupe de musique jazzy/créole, né il y a environ trois ans à la Ciotat  autour de la chanteuse Sophie Antkowiak, native de Buis, la « locale de l’étape », propose un répertoire très éclectique à la sauce caribéenne.

Le nom du groupe vient d’ailleurs d’une pâtisserie guadeloupéenne, rappelant le Baba au rhum, mêlant le bouquet et les épices des îles à la puissance de l’alcool … voilà qui laisse présager d’étonnantes sonorités … et l’on ne sera pas déçu : les musiciens vont proposer une musique certes teintée de parfum créole, passant du style antillais à des notes jazzy, sans oublier le brésil et la Jamaïque.

On croirait parfois entendre l’influence d’Hermeto Pascoal  qui serait mâtiné d’Harry Bellafonte.

On démarre par le sautillant Drum song, reggae du jamaïcain Jackie Mittoo et on enchaine avec le standard The man I love, popularisé par Billie Holiday, composé par Gerschwin sur un rythme inhabituellement dansant.

Puis le célébrissime Good by Pork Pie Hat de Charlie Mingus en hommage à Lester Young, subtilement mélangé à un thème d’Aldo Romano.

Vint ensuite un étonnant Like it is de Yusef Lateef et Sugar in my bowl, bluesy à souhait, chanté en son temps par Bessie Smith.

Et pour finir en beauté, Underneath the mango tree, un calypso jamaïcain qui eut son heure de gloire quand Sean Connery vit Ursula Andress sortir de l’eau (James Bond contre Docteur No) !

Sophie Antkowiak, voix chaude et puissante, est accompagnée de Frank Cassenti, (grand réalisateur, metteur en scène de théâtre et musicien, artiste complet) qui assure ici le rôle de guitare rythmique et solo avec efficacité,  Olivia Rivet, au timbre de voix très particulier et à la flûte, Nano Namias,  percussions (on l’a vu aux côté d’Archie Shepp), Marco Tosello, contrebasse et Pierre Baillot, flûte, ney, duduk et saxophone soprano.

Un programme varié, faisant le grand écart dans le choix des  morceaux, parfaitement interprété à la sauce  Amou’Caché, emporte un franc succès auprès du public venu très nombreux.

Ont collaboré à cette chronique :

X