(26) DrômeParfum de Jazz

21/08/2018 – Sophia Domancich & Simon Goubert Duo à Parfum de Jazz

Elle la voltigeuse, lui le taffetas

Elle le rubis sur touche, lui le maharadja

Elle la gamme par ton, sur tous les tons, lui le tonton tintinnabulant

Elle la force la maîtresse de l’orage, lui l’éclaireur

Elle celle qui parle aux dieux, lui qui les convoque

Elle qui fait tomber la pluie de notes

Elle Mal Waldron, lui oui

Lui le détendeur, elle la source

Elle le refuge des sensations, lui l’habité

Elle l’insoumise, lui l’enchanté

Elle la des-sinueuse, lui les arabesques

Elle domine son domaine chiche, lui Lubat en haut

Elle my Cecil Taylor is rich, lui Elvin j’ose

Lui l’éclairagiste, elle la densité

Lui le dénicheur du temps, elle les soubresauts, histoires avortées

Lui le grand chambardement, elle les plaintes et les joies

Lui le tic-tac, elle la lumière

Lui l’éclat des peaux, elle l’égrenage

Lui le sentimental débordant, elle dans le vent

Lui le tambour in Air, elle les mains rieuses

Elle lonely, lui woman

Elle l’évocatrice, lui l’ébaucheur

Elle hors net, lui Cool man

Elle et lui, magiques volubiles

Lui et elle,  merveilleux humains

Piano-batterie, leurs deux cœurs

Une et diverse, la musique

 

[NDLR : Dommage le lighteux appointé par le festival a continué  à faire ressembler les musiciens à des Schtroumpfs]

Ont collaboré à cette chronique :

X
X