Le groupe de soul Kimberose  est un cocon constitué autour de la chanteuse Kimberly Kitson Mills afin de créer un climat propice à l’expression du talent de celle-ci. La notoriété du groupe a subi une forte accélération ces derniers temps, on l’a vu partout dans la presse écrite Paris Match, le Parisien, à la télé, Taratata, chez Delahousse et même chez Drucker, c’est dire.

Pour cette fois on ne s’en plaindra pas, la notoriété courant après le talent, dans le cas présent ce n’est que justice. Les musiciens savent exactement pourquoi ils sont là, pour créer des conditions optimales d’expression d’un talent hors du commun, du coup le groupe sonne parfaitement juste et c’est sans doute cette merveille d’équilibre, véritable valeur ajoutée au talent de la chanteuse, qui parachève la qualité du travail de Kimberose.  Kimberly Kitson Mills, ce n’est pas seulement une voix, c’est aussi une présence émouvante et chaleureuse et un vrai talent d’écriture et de composition. Anthony Hadjadj, guitare,  et Alex Delange, claviers, qui forment, avec Kimberly Kitson Mills, l’ossature primitive du groupe, sont également compositeurs. L’intégration réussie du batteur Fred Drouillard et du contrebassiste François Fuchs est venue parfaire la mise en place du groupe.

Le concert reprend les titres les plus connus, I’m broke, About Us, Needed You, Waiting For You, Reason, I’m Sorry, et quelques reprises Where Did You Sleep That Night de Leadbelly,  et dédié à Aretha Franklin, I Say a Little Prayer for You. Avec Blabla, Mine et Strong Woman, la salle tourne au dance floor. Au rappel, Kimberly Kitson Mills et Anthony Hadjadj, seuls en scène, nous offrent George, chanson pleine d’émotion dédiée au père disparu de la chanteuse. Et pour finir, comme il arrive parfois à la toute fin de certains concerts, une merveille avec une reprise pleine de sensibilité de A Change Is Gonna Come.

Ont collaboré à cette chronique :

X
X