(38) IsèreJazz Club de Grenoble

25/10/2018 – Baptiste Bailly Trio feat. Antony Gatta au Jazz Club de Grenoble

Ca y est le Grenoble Alpes Métropole Jazz festival est terminé depuis dimanche et les bénévoles peuvent de nouveau se consacrer  aux traditionnels concerts du jeudi à la salle Stendhal.

Ce jeudi le Jazz Club De Grenoble accueille le pianiste Baptiste Bailly et le guitariste David Minguillon qui ont invité le percussionniste Antony Gatta.  Ils nous présentent le projet musical, « Dialogo con un Duende » qu’on peut traduire approximativement en Français par « dialogue avec une muse ».

Le premier set commence par La clef des champs, une composition de Baptiste Bailly. Dès ce premier morceau on sent tout de suite ce qui va être le fil conducteur de ce concert, une production très fortement influencée par la musique espagnole basée sur les rythmes  syncopées du flamenco et de belles mélodies jouées tout en nuances par la guitare et le piano, souvent à l’unisson. Dans ce morceau Baptiste et David dévoilent  immédiatement la grande complicité qui unit leurs jeux respectifs.

Le morceau suivant Aire a été composé par David  Minguillon. Après une introduction de David à la guitare acoustique, le piano et les percussions rejoignent le guitariste, le thème joué à l’unisson à la guitare et au piano permet à la belle sonorité de la guitare de s’exprimer. Dans cette musique le choix de la guitare acoustique apparaît extrêmement judicieux, les sonorités sont riches de toutes les harmoniques générées par  les cordes nylon de la guitare.

Dans 3 Lands,  musique très influencée par le flamenco on imagine tout de suite  qu’une danseuse va entrer en scène, on la voit virevolter, attirer nos regards, on s’y croirait.  Antony Gatta se lance dans un solo de percussions très inspiré, qui s’intègre parfaitement à la musique de Baptiste et David, une belle réussite que ce duo qui se transforme sous nos yeux en trio.

Baptiste ne pouvait pas faire ce set sans un grand standard, ce fût Stompin at the Savoy, mais complètement transformé rythmiquement, très sautillant, on sourit à cette interprétation pleine d’humour.

Et pour terminer cette première partie ce fût El testament d’Amelia une très belle mélodie tirée du folklore. Ce fût le premier morceau joué ensemble par Baptiste et David. Peut être ont-ils trouvé en Amelie leur Duende.

Le deuxième set débute par Albaicin le nom d’un quartier de la ville de Grenade pour ne pas perdre le fil conducteur de ce concert. Avec Nardis de Miles Davis, interprété à la mode de Baptiste et David, les instrumentistes ont pu démontrer leurs  virtuosités, Baptiste nous a même proposé quelques instants d’une suite de Bach, musique indémodable!

Le set s’est poursuivi par Milou de Paname une valse musette à l’origine, Dichotomie et Carcajadas et en bis Passion, de nouveau une valse musette. Toute musique est source d’inspiration pour Baptiste et David, quelle qu’en soit l’origine.

Ce trio a su créer une musique riche, pleine de nuances et de chaleur qui fut très appréciée par le public de la salle Stendhal.

Ont collaboré à cette chronique :

X