(38) IsèreJazz Club de Grenoble

01/11/2018 – L’amour, les Femmes et le Jazz … au Jazz Club de Grenoble

Quel titre aguichant pour le concert de ce soir !  Le groupe est habillé d’une tenue très élégante, en rouge et noir comme il se doit, pour célébrer l’amour.

Une jolie fleur rouge, sur le devant de la scène, Nawel Dombrowsky, très concentrée, sur un tempo d’abord lent, swingue bientôt accompagnée par le Sophistic Jazz Band, chaleureux, qui joue tout en finesse. Elle présente chaque morceau en français, pour partager le thème qui suit, avec fantaisie, émotion et sourires parfois tristes.

Sur Fine and Mellow, sa voix est puissante, le mouvement de ses mains expressives s’appuie sur son cœur. Pour Cry Me a River, introduit par les notes claires du vibraphone et les murmures des balais, elle manifeste tout à la fois tendresse et  détermination. Suit I Wanna Be Loved By You, empli de gaieté et de sourires enjoués. La formation s’exprime comme un seul homme à plusieurs voix. Les cuivres s’élèvent, la trompette claironne, le piano soulève la salle.

Jean-Pierre Vidal à la clarinette nous charme en amorçant  Les Feuilles Mortes. Pour ce thème qui a fait une carrière internationale, l’intonation chaude de Laurent Ravi porte la version anglaise tandis que Nawel poursuit en français. Pierre Fort au vibraphone fait couler avec précision cette mélodie romantique. Laurent fredonne. Le public les applaudit avec fougue.

Dès le deuxième set, Hélène Avice, à la contrebasse, manifeste gravement la douceur de Softly as In a Morning Sunrise. Puis, la clarinette glisse, soutenue par une rythmique bien présente et le scintillement du xylophone. La contrebasse, majestueuse, revient pour clore le thème.

Sur un rythme espagnol, dansant, Lionel Lanoue agite ses maracas. Le ballet des cuivres qui se répondent avec grâce ensorcelle. De légers scats nous envoûtent. Les phrases musicales portées conjointement par les musiciens se succèdent pour former une mantille parfaite. Quelle prouesse pour ce You and the Night and the Music !

Nawel chante d’une voix forte et déterminée My Heart belongs to Daddy, (car « Dad Gilbert », artiste grenoblois bien connu, est dans la salle). Ça swingue ! Noël Sevin au piano gronde. Gaby Decorme, à la guitare, nous emporte. Le xylophone frétille. Nawel, qui performe dans les aigus, plonge soudain dans les graves. La mélodie s’éteint.

Quelques morceaux tonitruants et rien moins que deux rappels vibrants de cet ensemble prodigieux ont encore illuminés notre soirée.

Une jeune fille de 10 ans s’exprimait ainsi en sortant « C’est ça le jazz ? Moi, j’aime bien ! » et cette autre adulte « D’habitude, je n’aime pas beaucoup les standards de jazz, mais là, j’ai vraiment adoré ! »

 

Une dentelle pour entourer un joyau. Merci les artistes, et bon vent !

 

Nawel Dombrowsky : voix

Sophistic Jazz Band: Hélène Avice : contrebasse ; Jean-Gabriel Decorme : banjo ; Pierre Fort : trompette, vibraphone; Lionel Lanoue : batterie, washboard ; Laurent Ravi : trombone, voix ; Noël Sevin : piano, Jean-Pierre Vidal : clarinette

Ont collaboré à cette chronique :

X
X