Monsieur Parker ! Maceo de son prénom. Une légende de la funk. Il a épaulé James Brown (treize albums), Ray Charles, George Clinton (quatorze albums) et Prince (huit albums) avant de se lancer dans sa carrière solo. Plus de seize albums à son actif. A soixante-quinze ans il se paie le luxe de se produire dans pas loin de deux cents concerts par an dans le monde entier.

La salle du Fil est pleine pour l’accueillir. Maceo Parker entre en scène. Tiré à quatre épingles, comme toujours. Une élégance naturelle. Il goûte son plaisir en venant serrer des mains et saluer avec un grand sourire ce public 100% dévoué.

Ce soir il vient nous parler d’amour et présenter son dernier opus “It’s all about love”. Et de “Love” il en sera question toute la soirée, il en distribue avec générosité que ce soit au sax  et le plus souvent en parole. Une musique 98% funk et 2% jazz comme il aime à la définir.

Ses fidèles parmi les fidèles l’accompagnent. L’imposant  Rodney “skeet” Curtis à la basse à cinq cordes ; Will Boulware aux claviers ; l’inamovible Bruno “Tattaglia” Speight à la guitare. Maceo est fidèle en amour !

La voix est plus faible que par le passé mais le style est toujours là. On passera par les classiques hommages à Marvin Gaye (Let’s get it on) et Ray Charles, lunettes noires et mimiques de rigueur. Le public sera largement sollicité. Avec Maceo Parker il y a toujours quelque chose qui passe entre la salle et la scène.

Maceo s’économise (un peu) et laisse beaucoup de champ à ses musiciens comme ce long solo batterie de  Nikki Glaspie, celui de claviers de Will Boulware et bien sûr celui de Rodney “skeet” Curtis à la basse. Il laisse à sa cousine Darlene le devant la scène pour Stand by me et en profite pour jouer quelques mesures de flûte, on le préfère de très loin au sax alto.

Ce concert est un joli travail d’équipe où le funk a été célébré comme il se doit pour un public conquis.

 

Maceo Parker: sax, flûte, voix ; Nikki Glaspie: batterie ; Greg Boyer: trombone, chœurs ; Rodney “skeet” Curtis: basse ; Bruno “Tattaglia” Speight: guitare ; Will Boulware: claviers ; Darlene “Love” Parker: chœurs

Ont collaboré à cette chronique :

X
X