(26) DrômeFestiv'Jazz

17/11/2018 – Ronald Baker Quintet au Festiv’Jazz à Chabeuil

Ronald Baker est un jeune cinquantenaire qui voyage avec l’héritage d’un siècle de jazz. Comme trompettiste, il se réclame de Freddie Hubbard; comme chanteur de Nat King Cole et de Georges Benson. Pour porter cet héritage sur les scènes des plus grands festivals il a su s’entourer de sidemen de grande qualité.

Jean-Jacques Taïb (sax, clarinette) l’accompagne à la section cuivre. Philippe Soirat (batterie) et David Salesse assurent la section rythmique. La direction musicale est placée sous l’autorité d’Alain Mayeras (le papa de Thomas).

Pour commencer ce concert, quoi de mieux qu’une petite réunion de la famille Mayeras sur un « blues à quatre mains » où  père et fils prennent  grand plaisir à partager avec le public ces instants habituellement réservés à la sphère familiale.

Philippe Soirat et David Salesse complètent le duo, vite rejoints par Ronald Baker pour un hommage à Nat King Cole, I’m lost.

Le groupe se retrouve vite et les morceaux s’enchaînent naturellement, signe évident d’une grande connivence entre les musiciens, habitués de longue date à jouer ensemble.

Les standards de jazz font partie de notre ADN. Quelques notes suffisant à nous replonger dans le passé, à nous remémorer quelques bons souvenirs. Les notes nous reviennent en mémoire et on chantonne avec le groupe. De plus, Ronald Baker aime le public, sait lui parler, jouer avec lui, comme sur cette reprise improvisée de Hit the road Jack où il l’amène naturellement à chanter avec lui.

Les chorus alternent entre la trompette, le sax ou la clarinette de Jean-Jacques Taïb et le piano d’Alain Mayeras, sans compter sur ceux, toujours très à propos, de Philippe Soirat et David Salesse.

Une belle complicité entre ces musiciens qui jouent très sérieusement sans pour autant se prendre au sérieux !

Ont collaboré à cette chronique :

X