(38) Isère

13/12/2018 – François Raulin et Louis Sclavis au C.E. d’ALSTOM à Grenoble

ALSTOM est une des rares entreprises dont le comité d’entreprise offre à ses employés des midi-deux « culturels » « artistiques ». Colette Couede s ‘y est attelée durant des années et ce jeudi 13 décembre fut sa dernière contribution, avant d’aller vers d’autres horizons. Pour cela elle a invité des musiciens de notre région : le pianiste et compositeur François Raulin et le clarinettiste, saxophoniste et compositeur Louis Sclavis.

Ces deux là se connaissent depuis longtemps et ont déjà fait depuis le début des années 80 un long chemin musical ensemble. Nul besoin de se parler, ils sont en symbiose, et leur complicité saute aux yeux. Ils ont exploré les chemins multiples du jazz, innovant sans cesse dans cette musique libre.

Au programme de ce concert particulier, par la proximité avec les musiciens, des compositions de nos deux compères : Procession, Des feux lointainsDieu n’existe pas et Petite valse de Louis Sclavis ; MahaliaPoursuiteBack to black de François Raulin.

La dextérité des doigts dansant sur le piano et la vivacité de la clarinette, ont illustré parfaitement les hésitations de la poursuite , la progression de la procession ou le crépitement du feu. Dieu n’existe peut être pas pour Louis Sclavis, mais il le joue en douceur, très inspiré voire mystique. La petite valse par contre nous entraîne sur ces trois temps ! Tout comme éclate dans Back to black l’inspiration de la musique africaine, si chère à François Raulin, ou celle d’Ornette Coleman, précurseur du free jazz.

Une pause dynamisante pour les employés de cette entreprise, qui n’ont pas à s’inquiéter car le relève est assurée !

Ont collaboré à cette chronique :

X
X