(69) RhôneBémol 5

08/02/2019 – Possible(s) Quartet “Songs from Bowie” au Bémol 5

Sur une commande du RhinoJazz(s) lancée en 2017 dans le cadre de la série de concerts “We could be Heroes” placée sous la direction artistique de Daniel Yvinec, le Possible(s) Quartet est parti à la rencontre de l’univers de David Bowie au point de proposer une radicale (re)lecture de quelques compositions de ce grand musicien caméléon à travers leur formule essentiellement cuivrée et soufflante composée de Rémi Gaudillat (trompette et bugle) Fred Roudet (trompette et bugle) Loïc Bachevillier (trombone) et Laurent Vichard (clarinette basse). Les concerts organisés sur deux soirées au Bémol 5 ont pour but de célébrer la sortie de l’album “Songs from Bowie” qui marque l’aboutissement du processus créatif de (re)lecture et de (re)composition poursuivi sur une grosse année entre les quatre musiciens avec le soutien de Daniel Yvinec. Belle surprise aussi pour le quartet puisque la semaine même de sa sortie, l’album a été chroniqué par le critique jazz de Télérama qui le crédite de la récompense suprême (les 4 F enviés !) ce qui va créer le buzz et pour le moins susciter la curiosité des autres médias et des programmateurs de concerts ou de festivals… C’est tout ce que nous souhaitons à  ces quatre musiciens travailleurs et talentueux  qui font briller d’un nouvel éclat la dizaine de compositions de Bowie qu’ils ont choisis et qui de Space Oddity en 1969 sur l’album éponyme à Where are we now en 2013 sur l’album “The Next Day” couvre presque toute une carrière s’inspirant de titres très connus comme Ashes to ashes ou Life on Mars ? en passant par des morceaux moins connus comme Little wonder ou par des titres figurant sur des bandes originales de films comme This is not America (coécrit avec Pat Metheny) ou Absolute beginners, le thème du film du même nom.

Pour le live de ce soir, c’est la totalité de l’album qui sera joué souvent dans des versions plus étirées laissant plus de place à de brillants chorus ou à des échanges musicaux complices entre musiciens. C’est Heroes qui ouvre le premier set  par des échanges nourris de la “front line”, les deux trompettes aux extrémités encadrant clarinette basse et trombone. Sur Ashes to ashes , le public savoure en reconnaissant le thème avant de se laisser embarquer très consentant vers des aventures plus free. Little wonder  sur un arrangement de Rémi Gaudillat fait la part belle à la clarinette aventureuse de Laurent Vichard. Sur This is not America,  c’est la trompette de Fred Roudet qui est mise en avant.

Le deuxième set démarre sur un Absolute Beginners sous-titré ici A la poursuite du bleu,  tout  empreint de légèreté avant un savant dérapage free. Life on Mars ? est une totale réussite avec une entame à l’unisson, suivie de la mise en avant des bugles puis de la clarinette et des trompettes pour finir sur une belle démonstration de sourdine sur trombone par Loïc Bachevillier. Space Oddity  s’ouvre dans le registre grave du trombone et de la clarinette avant l’entrée en lice des trompettes sur une ligne mélodique plus envolée. Pour terminer le concert, le quartet aura recours à deux compositions hors album avec cependant une  relecture libérée d’une composition de Bowie, I’m afraid of American de l’album Earthling de 1997.  

Au final un concert qui transcende toutes les promesses contenues dans l’album “Songs from Bowie” (Les Improfreesateurs/ RhinoJazz/ Inouïes Distribution 2019) disponible sur toutes les plateformes et chez les grands distributeurs.

Ont collaboré à cette chronique :

X
X