(42) LoireJazzeries d'hiverLe Fil

15/02/2019 – Charlier/Sourisse/Winsberg « Tales from Michael » aux Jazzeries d’hiver

Ce vendredi 15 février, concert final des Jazzeries d’Hiver de Gaga Jazz avec le projet « Tales from Michael » du trio Charlier, Sourisse, Winsberg, dédié au saxophoniste Michael Brecker. [1]

La liste des thèmes aborder ce soir n’est pas composée uniquement de titres dont le saxophoniste est l’auteur, mais de morceaux dans l’interprétation desquels il s’est illustré et qui lui restent attachés. C’est ce que Benoît Sourisse, pédagogue dans l’âme, nous glisse entre les deux premiers thèmes, Minsk et Talking to Myself, qui sont de Don Grolnick pianiste proche de Michael Brecker notamment au sein des Brecker Brothers. Le premier titre est lancé par Louis Winsberg qui utilise sa voix au travers d’un vocodeur, semble-t-il. La voix, les sonorités très travaillées de la guitare, auxquelles s’ajoutent les nappes d’orgue de Benoît Sourisse, arrivent à sonner comme une section de cuivres. Dans le second titre c’est au tour d’André Charlier de déchaîner la tempête avec un solo dantesque. Le premier set se termine plus dans la douceur avec Madame Toulouse.

Le second set ne sera pas moins bon que le premier, les musiciens relançant la machine à émotion dès le premier titre, Safari repris de la période « Steps Ahead » de Michael Brecker. L’album du projet est sorti en avril 2018, les musiciens ont une trentaine de concerts à leur actif avec ce projet pas facile, et l’expérience leur donne une grande liberté. On les sent bien dans cette musique, le charme opère. Ils déroulent, Now you Know, Peep, The Cost of Living jusqu’à l’éblouissant Oops, de Michael Brecker pour Steps Ahead. Les musiciens se sont complètement approprié cette musique qui les a éblouis dans leurs années de formation. Ils en ont fait quelque chose de personnel, de différent, d’actuel, mais dont le passé n’est pas absent ; « Tales from Michael » ; il était présent ce soir, dans l’imaginaire des musiciens et par l’intermédiaire de la musique, dans celui du public.

[1]Si vous ne l’avez déjà fait, nous vous conseillons vivement la lecture de la chronique d’Elie Béraha concernant le concert du 1erfévrier au Saint-Fons Jazz Festival, afin de se remémorer la place de Michael Brecker dans l’histoire du jazz et de comprendre la genèse du projet : https://www.jazz-rhone-alpes.com/190201-charlier-sourisse-winsberg-brecker-saint-fons-jazz/

Ont collaboré à cette chronique :

X