(69) RhôneBémol 5

16/02/2019 – Vincent Périer Quintet & Célia Kaméni au Bémol 5

Un Bémol 5 qui affiche “Complet” ça fait toujours plaisir de voir que le jazz attire toujours autant, même le samedi. Il faut dire que l’affiche est alléchante, le quintet de Vincent Périer propose un hommage à Oscar Peterson et Ella Fitzgerald. Avec dans le costume de la chanteuse Célia Kaméni. “Ça devrait le faire !”

Les deux géants du jazz avaient enregistré plusieurs albums en 1953 à Lausanne en live et puis en 1975 tout simplement appelé “Ella & Oscar”.
On retrouve certains de ces titres ce soir mais aussi de ceux qu’il ont enregistré en nombre pour la télé américaine. Epoque révolu où le jazz paraissait dans la petite lucarne.

 

Le set commence par deux instrumentaux histoire de nous montrer la qualité de la formation, si besoin en était. Ça commence avec un The brotherhood of a man, un bop des plus toniques, un duo enregistré par Oscar Peterson et Clark Terry, énergisant à souhait, où Julien Bertrand excelle au bugle. Ils enchaînent par L’Impossible (en Français dans le titre original) une bossa d’Oscar Peterson.

Arrive Célia Kaméni d’une grande élégance  dans un ensemble à  rayures verticales dissymétriques. L’attention (en un seul mot) monte d’un cran. Et c’est parti pour un très classique In a mellow tone qui nous permet de découvrir Célia dans cet hommage à Ella où Julien Bertrand accompagne la chanteuse. Premiers scats très convaincants de Célia, exercice obligatoire quand on rend hommage à “The First Lady Of Swing”.

On poursuit ensuite avec These foolish things, une délicieuse ballade et c’est Vincent Périer qui devient le compagnon de jeu de Célia. Thibaud Saby au piano se régale et nous avec.

Pour finir le set direction le ballroom avec un Stompin’at the Savoy très enlevé. Célia se lâche et on retrouve des intonations très proches de la grande Ella. Surprenant et agréable.

Le second set se poursuivra dans la même veine avec quelques bijoux comme Midnight sun, ou encore Night train.

Public chanceux qui le temps d’un soir s’est retrouvé dans un cabaret de jazz d’il y a quelques dizaines d’années où les stars osaient encore des petites salles. 

 

Célia Kaméni: voix ; Vincent Périer: saxophone ; Thibaud Saby: piano ; Patrick Maradan: contrebasse ; Marc Michel: batterie

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X