(38) IsèreJazz Club de Grenoble

07/03/2019 – Rose Betty Klub au Jazz Club De Grenoble

Ce jeudi  7 mars le Jazz Club de Grenoble accueillait Rose Betty Klub . Cet orchestre est composé de  Marie Nos Mas dite Rose Betty  à la voix, Jon Da Costa Ferreira à la guitare, Simon Grillères à la batterie, Ana Baldeck au piano et Romain Portet à la contrebasse. Une grande partie de la soirée sera consacrée aux morceaux du nouvel album du groupe, “Mademoiselle”,  basé essentiellement  sur des compositions écrites en français.

Peu d’orchestres de jazz se lancent  à écrire des paroles de chansons en français car faire swinguer notre belle langue c’est une performance,  peu réussissent, Rose Betty Klub est de ceux la.  Rose Betty est là pour nous raconter une histoire, celle de Mademoiselle. Comme dans les comédies musicales de Brodway, les tableaux se succèdent tout au long du concert. Quand on parle de comédies musicales ce sont celles de la période des Fred Astaire, Ginger Rogers et Gene Kelly, les seules qui ont grâce aux yeux de Rose Betty.

Le premier set débute,  après une courte introduction  musicale. Rose Betty entre en scène et se lance  dans son premier morceau Mademoiselle ,un bon swing qui balance. Tout de suite le ton est donné, Rose Betty chante, danse mène la revue. Première improvisation au piano d’Ana Balbeck qui démontre une très bonne maîtrise de son instrument  avec de jolies phrasés et une belle précision rythmique.  Le décor est planté avec une belle énergie, des morceaux très travaillés mais qui laissent  place aux improvisations. Avec Voyage en Cadillac le quatre temps alterne avec le trois temps , une jolie improvisation à la guitare de Da Costa Ferreira dans un style  proche de celui de Charlie Christian.  Dans Pendant que tu dors , Ana Baldeck passe au piano électrique avec un typique son “Fender-Rhodes”, elle mène son improvisation de belle manière.  Puis c’est un trois temps Ton Ombre,  où Rose Betty joue avec les paroles, poésie et swing sont au rendez-vous.  Au tour de Gainsbourg d’être interprété avec Du Jazz dans  le ravin, ça swingue fort, Ana Baldeck et Jon Da Costa Ferreira improvisent soutenus par la rythmique solide et précise que leur offrent Simon Grillères à la batterie et Romain Portet à la contrebasse.  Pour finir le set, une surprise Rose Betty nous a chanté Clopin Clopant de Bruno Coquatrix et Pierre Dudan en s’accompagnant à la contrebasse soutenue par la guitare. Elle nous a fait un grand plaisir à chanter superbement cette belle chanson dans cette formule minimaliste.

Le deuxième set débute sur une introduction au piano électrique qui pour la circonstance prend un son d’orgue Hammond. Ce second round sera aussi riche que le premier, avec des trouvailles dans les arrangements notamment  pour Ilda dans un rythme de rumba qui donnait envie de danser.  Le concert s’est achevé sur un morceau d’Aretha Franklin Until You Come Back To Me puis un boogie woogie à l’image de ce beau concert  très apprécié par le public.

Ont collaboré à cette chronique :

X
X