(38) IsèreJazz'Alp

10/03/2019 – African Variations à Jazz’Alp

Dehors il fait maussade, le temps hésite entre pluie et neige timide, le vent glace.
Changement brutal d’ambiance dans la salle du Chardon Bleu de l’Alpe du Grand Serre.
Après une brève présentation d’usage le duo de cordes constitué par Cherif Soumano à la kora et Sébastien Gigniaux à la guitare nous emmène sans transition en Afrique de l’Ouest avec deux thèmes traditionnels Be Mankan et Djatta.

Sébastien d’un naturel plutôt taiseux ne peut s’empêcher de saluer le public d’un « Bonsoir La Morte* ! » avec un sourire taquin.

Après une superbe intro empruntée à Django on reconnaît leur sublime version de Another day in paradise de Phil Collins.
Les deux s’entendent à merveille, ils fonctionnent à l’oreille se regardent assez peu. Ils s’envoient des petites piques musicales et les réponses sont immédiates agrémentées de sourires en coin, voire de grimaces. Là on a compris qu’ils s’amusent et nous avec.
Un thème africain bascule sans crier gare vers un blues pur sucre avec le thème joué à la kora enrichie d’un effet wah wah des plus surprenant alors que Sébastien se contente de “pomper”.
La technique, la virtuosité de part et d’autre cède le pas à la musicalité et à la jouerie.
Une bonne fraction du public ferme les yeux et se laisse emmener.

Après la pause le concert reprend. Pas de paroles, pas de présentation, que de la musique avec toujours ce dialogue magnifique entre les deux instruments. Des trouvailles de tous les instants, le public est sans arrêt maintenu en haleine et transporté très loin.

Sur la fin du set ils nous offrent une création jouée pour la première fois sur scène qui annonce leur second album.

Pour le dernier morceau après une série de courtes improvisations de part et d’autre il prend l’envie à Sébastien de faire un dérangement sur un thème d’Edith Piaf ce qui ne manque pas de faire sourire le public, pas en reste Cherif s’amuse sur Frère Jacques alors la guitare devient orgue et joue un thème de Bach. Ça tourne à la farce.
Retour à du sérieux, Cherif lance un thème, Sébastien le reconnaît (bien sûr) et c’est parti pour une nouvelle déclinaison émaillée de citations rigolotes.

Le public est très enthousiaste et obtient un rappel évidemment et ce sera une broderie de citations de part et d’autre. Elles s’emboîtent naturellement les unes dans les autres. Le public semble t’il peu connaisseur -nombreux étaient les personnes qui n’avaient jamais entendu de kora-  a été emballé par la poésie des ces variations africaines.

*: la station de L’Alpe du Grand Serre est située sur la commune de “La Morte”, ça ne s’invente pas.

Ont collaboré à cette chronique :

X
X