(38) IsèreLes Détours de BabelMC2

16/03/2019 – Les Trois Lettres de Sarajevo – Goran Bregović et l’Orchestre des mariages et des enterrements aux Détours de Babel

Pour ce premier grand concert des Détours de Babel 2019, la salle Georges Lavaudant de la MC2 à Grenoble est pleine à craquer ! Un trompettiste descend les marches vers la scène, un autre, sur le côté, lui répond  puis un premier cor, puis un deuxième. Leur clameur résonne avec fougue !

L’entrée des artistes se fait peu à peu. D’abord l’Orchestre des Mariages et des Enterrements gai, entraînant, très coloré par les deux femmes en costume traditionnel serbe. On bat déjà des mains ! La batterie et les cors emmènent l’ensemble. Goran Bregović, joyeux, à la guitare, n’a de cesse de relancer la fête.

Puis les Chœurs orthodoxes de Belgrade prennent place à l’arrière sous les applaudissements fournis du public. En costume noir et chemise blanche, la puissance de leurs belles voix graves renforce l’allégresse.

Arrivent ensuite les trois violons solistes originaires des Balkans, du Maghreb et d’Israël.

Goran Bregović est serbe, originaire de Sarajevo, où il a grandi aux sons des cloches de l’église catholique et de l’église orthodoxe mais aussi au chant du muezzin appelant les musulmans à la prière. Le vendredi, jour de shabbat, c’était au tour des rabbins dans les synagogues de mêler leurs chants à la cacophonie ambiante.

Il souhaite que ce privilège reste le droit de tous les enfants. Ses Trois Lettres, Chrétienne, Juive, Musulmane sont écrites pour les trois violons.

La Lettre Juive revient à Gershon Leizerson venu de Tel-Aviv. Il démarre sur un solo plaintif. Son toucher sensible émeut l’assistance. Les soufflants le rejoignent peu à peu, d’un pas léger, sur la pointe des pieds. L’émotion est immense.

Soudain, tonnerre ! Marche oppressante ! Déferlement sonore du groupe ! La batterie, cinglante, s’éternise. Subitement, tous s’envolent, joyeux. Le violon s’exprime avec finesse et communique avec le sax qui pétille. L’ensemble devient de plus en plus vivant, s’accélère, virevolte puis s’interrompt brusquement sur une pirouette. Les chants reprennent, gais, pleins d’allant ; les hommes répondent aux femmes. Un fracas de clameurs radieuses nous envahit. Les applaudissements crépitent !

Goran, debout pour quelques instants, dirige. Le thème est léger, calme, précieux. Il tapote discrètement la caisse. Quelques claquements de doigts animent la mélodie pour introduire la Lettre Musulmane. Zied Zouari, venu de Tunis, exprime sa tendresse. Le troisième violon pleure. La joie renaît par les hommes qui s’exclament. Le soliste reprend avec douceur, l’émotion l’étreint. Le gong sonne. Le violon s’affole. La marche progresse. Les cuivres l’enveloppent de sonorités orientales pleines de ferventes vibrations. Le public les acclame, et puis ça repart ! Le batteur, au chant, déclame avec ardeur tout en frappant sur une grosse caisse et une cymbale, infatigable ! Sur un rythme époustouflant, les chants, souverains nous envahissent. On danse !

C’est au tour de Mirjana Neskovic d’interpréter La Lettre Chrétienne. Debout, tout en douceur, elle accueille le souffle des cors et trompettes. Les musiciens apportent leur chaleur tout en finesse. Le battement des archets se fait léger. Avec les voix scandées, le violon s’anime, sautille avec précision. Une folle chevauchée nous anime. Tout l’orchestre maîtrise son jeu dans l’excellence. Le chant émouvant du violon piaille soudain pour accompagner les voix des femmes. Les ovations du public leur répondent ! Les Chœurs Orthodoxes de Belgrade murmurent. Les violons s’enlacent. Le solo s’alanguit.

Goran est ravi, souriant. Trépidant, il ne saurait sortir sans nous gratifier de ses coups de cœur : Ederlezi, l’un de ses chefs d’œuvre, puis des airs plus traditionnels où se mêlent musiques et applaudissements. Hop ! Hop ! Hop ! Il enchaîne sur Arizona Dream

Après deux heures de concert, les musiciens et choristes invitent le public à chanter les rappels qui ne manqueront pas. Entre autres, Bella ciao et Kalashnijkov

« Mais, asseyez-vous, je vais chanter autre chose… ». Avec une flûte superbe, ce sera un extrait de la musique du film Le Temps des Gitans. Fureur ! Clameur ! Goran chantonne s’accompagnant de sa guitare. Quelle générosité ! Une vraie lueur d’espoir s’est allumée, à aucun moment elle ne s’éteindra.

 

Avec Goran Bregovic : voix, guitare direction musicale ;
Trois violons solistes Mirjana Neskovic (Lettre Chrétienne), Gershon Leizerson (Lettre Juive), Zied Zouari (Lettre Musulmane)

Orchestre des mariages et des enterrements :

Muharem Redzepi : voix, goc (instrument traditionnel) ; Bokan Stankovic : première trompette, flûte ; Dragic Velickovic : deuxième trompette ; Milos Mihajlovic : premier trombone ; Aleksandar Rajkovic : deuxième trombone, glockenspiel ; Stojan Dimov : clarinette, saxophone, Ludmila et Daniela Radkova-Trajkova : voix

Chœurs Orthodoxes de Belgrade (sous réserve de confirmation de la distribution) : Dejan Pesic : direction ; Sinisa Dutina, Ranko Jovanovic, Dusan Ljubinkovic, Milan Pesic, Pavle Zarkov

Ont collaboré à cette chronique :

X