(38) IsèreVoiron Jazz Festival

28/03/2019 – Apéro Jazz VDQS à Rives pour le Voiron Jazz Festival

Anne Mahey, directrice du Voiron Jazz Festival, remercie la direction du garage Renault de Rives qui accueille pour la troisième année le festival dans ses murs, et le sponsorise par des véhicules aux couleurs du Voiron Jazz Festival. Il est vrai que les communes du pays voironnais qui participent sont maintenant vingt-cinq, et les trajets sont longs et nombreux.

Le grand hall vidé de ses véhicules impressionne. Les femmes sont accueillies avec une rose rouge, un grand bar garni est installé tout au fond, un vaste podium peine à dominer les tables et chaises réservées aux spectateurs !

Qu’à cela ne tienne ! Pierre, au piano, lance Lo Que Me Hace Vivir de Roberto Fonseca, agile, il est rejoint par l’ensemble qui s’anime de plus en plus. La rythmique marque le tempo vif, le sax fredonne.

Nombreux sont les morceaux qu’ils ont adaptés collégialement. C’est le cas, et de circonstance pour Un Verre à Deux Mains, gai, frivole, qui respire l’air sud-américain. La voix chaude de Richard, couvert d’un panama et guitare à la main, répond au sax alto enjoué, et emplit le vaste hall. L’ensemble s’agite, relance le piano.

Une invitation à danser un petit boléro : Richard chante en français, cette fois, Ludo, au sax, nous gratifie d’une mélodie glamour, tandis que le piano, vivant, précis, roule…

Dans une composition de même style, Isabelle à la basse, fait gronder des notes graves éclairées par la frappe claire du piano. Le sax souffle sa mélodie. Patrick, aux  percussions fait gazouiller ses instruments et Richard martèle vivement ses tambourins. L’effervescence monte en puissance. Chaque musicien s’enthousiasme. Par un joli solo de basse, Isabelle nous ramène au calme.

Une adaptation de Fragile, de Sting, chantée en espagnol par Richard s’intitule ici Fragilidad. L’introduction au piano est très mélodieuse. Le groupe enthousiaste, vif, propage son plaisir. On swingue avec le sax qui nous fait chavirer.

Ludo alternera les sax alto et soprano, Richard jouera de tout: guitare, petites percussions, tout en chantant. Le programme est varié, parfois osé, comme Multitud, reprise de Foule Sentimentale d’Alain Souchon, où le sax soprano dansote allègrement. Le groupe, gai, animé ne satisfait pas Richard qui prend les baguettes pour renforcer les percussions.

Le clou de la soirée est une de leurs compositions, tout à fait de saison, intitulée Trolles et Narcisses. Le piano au tempo marqué est soutenu par l’ensemble qui virevolte. Le sax alto, vivant, lui répond en chantonnant. Les fleurs musicales se répondent et escaladent les talus!  François, à la batterie, fait exploser les couleurs, les sonnailles tintinnabulent. Sourires et rires de bonheur éclatent !

La soirée se poursuit sur des sambas, un hommage au Buena Vista Social Club, mais aussi avec la tendresse de Jardin d’Hiver, grand succès d’Henri Salvador pour terminer sur une belle chanson d’amour Besame Mucho très applaudie.

VDQS nous a régalés toute la soirée ! VDQS est le nom donné aux bons petits vins de pays mais aussi aux Vieux Dauphinois Qui Swinguent… On ne pouvait se quitter sans un éclat de rire. Merci !

 

Patrick Arnaud : percussions ; Ludovic Bayon : saxophone ; Richard Bouchez : guitare, voix, petites percussions ; François Clément : batterie; Pierre Galland : piano; Isabelle Pigeyre : basse

Ont collaboré à cette chronique :

X