(42) LoireJazz à Montbrison

11/04/2019 — Géraldine Laurent « At Work » au théâtre des Pénitents Jazz à Montbrison

Elle l’avait annoncé dès sa prise de parole, tout de suite après le premier titre, Odd Folk, il y aurait des surprises, et puis également « At Work : au travail, c’est exactement ce que vous allez voir, un quartet au travail ». Et c’est ce que l’on a vu et entendu. On est très loin de l’album initial « At Work » sorti en octobre 2015, c’est proprement le nom du groupe et la promesse de l’altiste et compositrice Géraldine Laurent.

At Work c’est également le second titre de l’album et de la soirée. On retrouve les mêmes thèmes, dans l’ordre de l’album, mais en trois ans et demi et un certain nombre de concerts, les chorus ont considérablement évolué. C’est à une vraie performance d’artiste que nous assistons, le travail se déroule sous nos yeux et c’est éblouissant de talent et de science poétique musicale. On n’insistera pas sur la technique, la vélocité, l’invention, la qualité des articulations mais on retrouve chez Géraldine Laurent cette manière particulière de partir de thèmes simples pour aboutir par un vocabulaire d’une grande richesse à une profondeur d’une époustouflante liberté stylistique.

Bien servie par la forme du quartet où chacun des musiciens est à égalité des trois autres, Géraldine Laurent leur offre de larges plages d’expression. La pétulante pugnacité d’un Paul Lay, au piano, fait des prodiges dans ce contexte contraignant du jazz, qui ne laisse pour en sortir qu’une possibilité, par le haut. A condition d’avoir un leader qui pousse à le faire, et c’est le cas. C’est la même chose pour Yoni Zelnik à la contrebasse, auprès de la saxophoniste depuis 2005 il est parfaitement en phase avec elle et partie prenante du projet. Le long solo de contrebasse qui introduit Room Number 3 en est la parfaite illustration. Quand à Donald Kontomanou à la batterie son toucher, la grande variété de jeu, la qualité de ses relances et de ses dialogues avec le pianiste font merveille, dans ce contexte d’émulation et d’enthousiasme collectif, où l’énergie est parfaitement mesurée à l’aune du propos porté par chaque thème. Le résultat de cette déjà longue collaboration des musiciens autour de ce projet, c’est une musique totalement épurée, rien de trop, rien ne manque et des ouvertures vers d’autres inventions sont toujours possibles.

« At Work », c’est un grand moment de jazz étonnant, excitant et en perpétuelle évolution, c’est sans doute ce qui avait attiré un public nombreux pour cette soirée de clôture de Jazz à Montbrison.

C’était le dernier concert de Jazz à Montbrison 2019, à cette occasion, nous tenons à remercier chaleureusement Henri Dalem, directeur et programmateur du Théâtre des Pénitents, et son équipe pour leur gentillesse et pour la qualité de leur accueil.

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X