(38) IsèreJazz Club de Grenoble

11/04/2019 – Crestiano Toucas Trio au Jazz Club De Grenoble

Cette semaine, pour moi, a été marquée par deux évènements : le premier cliché d’un trou noir situé dans la galaxie M87 et le concert du Toucas trio « Vasco » au Jazz Club De Grenoble.  Ce trio qu’on pourrait qualifier d’OMNI (objet musical non identifié) surprend dès le départ par les instrumentistes présents sur scène, un accordéoniste Crestiano Toucas, un guitariste  Thierry Vaillot et un joueur de tablas Amrat Hussain

C’est la suite des compositions de Crestiano Toucas  présentes sur l’album « Sangue Do Mar » qui servent de fil rouge à ce concert avec comme thème  le voyage, des terres lointaines de l’Amérique du sud à l’océan indien en passant par la péninsule ibérique.

Crestiano Toucas débute seul sur scène le premier set, tout de suite le ton est donné, il joue, il scat, tout en lui est musique.  Dans Magellan le second morceau c’est Thierry Vaillot qui fait l’introduction à la guitare acoustique, un son d’une très grande pureté,  des suites mélodiques riches, l’accordéon entre à son tour, un son proche de celui de la flûte de pan nous transporte sur les rives de l’Amérique du sud,  bien que ce soit deux instruments harmoniques leur osmose est parfaite.  Amrat Hussain aux tablas les rejoint pour le troisième morceau A vida Da Minha Maï. Crestiano Toucas chante une belle mélodie, les tablas apportent une présence rythmique qui s’intègre parfaitement à la musique de Crestiano Toucas. Quelques esprits chagrins pourraient dire : « C’est pas du Jazz » mais tant pis pour eux, quelle belle musique ils nous ont offerte et puis leur album a obtenu quatre étoiles sur Jazz Magazine alors la, plus de doute ça en est et on est bien content que ça en soit. Avec Hispanico, comme le titre le laisse présumer, c’est en Espagne que cette musique nous entraîne. Thierry Vaillot nous fait une démonstration de sa virtuosité. C’est au tour d’Amrat Hussain et de Crestiano Toucas de faire une joute de scat, bel échange plein de gaieté où les rives du Gange côtoient les rives du Tage. Avec Spanish, c’est un morceau pour Thierry Vaillot à la guitare dans le plus pur style flamenco, une grande richesse rythmique et mélodique le tout avec un phrasé d’une grande musicalité.  Dans Sao Vincente c’est à une belle joute rythmique à laquelle nous assistons que ce soit sur l’accordéon, la guitare, sur les tablas ou avec la voix tout est utilisé pour produire du rythme.  Dans Fogo Crestiano Toucas démontre à quelle point l’accordéon est pour lui un prolongement de lui même tant il le maîtrise, il nous fait redécouvrir comme cet  instrument peut être magnifique à écouter. Amrat Hussain se lance dans un solo de tablas, dextérité et rapidité ahurissante, richesse des phrasés, parfait placement rythmique, le public s’est enthousiasmé pour cette performance. Dans Bluewish, au début du morceau Amrat Hussain a expliqué au public comment on apprenait à jouer des tablas avec une transmission purement orale, en apprenant des suite de phrases comme on apprend un langage, ceci explique qu’il est sans doute plus aisé pour eux de faire des rythmes complètement atypiques comme de faire un blues en treize mesures de sept temps chacune, ce qu’ils ont fait pour terminer ce morceau. 

C’est vraiment une très belle soirée que nous ont fait vivre ces excellents musiciens avec ce jazz sans limite.

Ont collaboré à cette chronique :

X