(69) RhôneLa Clef de Voute

04/05/2019 – Gaël Horellou Organ Trio à La Clef de Voûte

« Quoi de mieux qu’un authentique club de jazz à l’ancienne pour passer une bonne soirée ! » Je ne contredirai pas Gaël Horellou qui se plait dans ce club de jazz qui, dès qu’on y pénètre, fait remonter de vieux souvenirs de concerts dans les caveaux de Saint Germain. Tout y est, la cave voûtée, les pierres apparentes, l’accueil sympathique, l’ambiance feutrée, … il ne manque que l’épaisse fumée de cigarettes, mais, elle, on ne la regrette pas !

La Clef de Voûte, installée sur les pentes de la Croix-Rousse, propose depuis 2007 près de cent cinquante concerts par an. C’est l’amour du jazz et des musiciens qui anime cette équipe autour de Stéphane Vincenza. On le sent dès qu’on pénètre dans les lieux, les musiciens y sont chez eux. Pas de stress d’avant concert, on est bien, on va se faire plaisir et faire plaisir au public.

La salle est pleine lorsque le trio s’installe. Gael Horellou (sax alto) a créé ce trio avec Fred Nardin (orgue Hammond) et Antoine Paganotti (batterie) il y a cinq ans. Les trois musiciens ont le même ADN, la même énergie, la même précision, le même placement rythmique.

Dès l’entame, le ton est donné : pas de fioriture, du swing, du groove ! Les thèmes sont riches, les chorus expressifs et inventifs. La formule « trio avec orgue », souvent boudée par les musiciens de jazz, est incroyablement dynamique lorsqu’elle est servie par des musiciens d’une telle qualité.

Du hard-bop de Three and four, à la ballade Nathanael, en hommage à son fils ou à Eilleon (?), qualifié de « jazz rural » où l’on découvre l’impressionnante technique d’Antoine Paganotti, le trio nous ballade sur les chemins du jazz. Après Central Park West de John Coltrane (« pas de bon concert sans un bon standard »), le set termine par une composition groovie, l’Albatros qui évoque un lieu de création à Montreuil. 

Le deuxième set commence par un morceau important, peut-être le plus important, mais qui n’a pas encore trouvé son nom (pourquoi pas Clef de Voûte ?). Puis viennent Dexter, Roy, Palace special et pour finir un magnifique standard This is Albert de Wayne Shorter.

Tout au long de ce concert, ce trio nous à parlé. De ses références musicales, John Coltrane, Dexter Gordon, Roy Haynes étaient là. Ils nous ont aussi beaucoup parlé d’eux-mêmes. La richesse des compositions n’a pas démérité face aux standards, elles leur ont fait honneur.

Une soirée rare et authentique, dans ce club rare et authentique, avec des musiciens tout aussi rares et authentiques, que demander de mieux ? 

 

 

[NdlR : Il s’agissait de la première visite d’Eric Torlini à La Clef de Voûte d’où son emphase]

Ont collaboré à cette chronique :

X