(69) RhôneHot Club

08/05/2019 – Fred Nardin Trio au Hot Club de Lyon

Après les présentations d’usage par Gérard Vidon, Fred Nardin nous dit tout le plaisir qu’il a de jouer ici, ce club mythique où le public a répondu présent en dépit de la météo pourrie et de la date fériée.

Il entame le set avec une monkerie, on reconnaît bien sûr Green Chimneys, titre qui figure sur le nouvel album du trio « Look ahead ».

Fred poursuit avec une première composition New waltz. Un morceau léger et raffiné où l’on apprécie toute l’agilité des trois compères.

Arrive ensuite The giant dédié à l’immense Mulgrow Miller (que l’on a vu ici-même quelques mois avant sa disparition), batterie minimaliste comme à l’accoutumée mais elle fait le maximum. Leon Parker excelle dans le « petit jeu » quand il s’agit d’accompagner un chorus du contrebassiste Or Bareket qui en profite pour se lâcher. Fred Nardin apprécie et le manifeste avec un sourire qu’on lui connaît bien.

Place ensuite à une Ballade toute en retenue Lost in your eyes. Suit une longue introduction au piano d’une incroyable complexité rythmique (Leon et Or savourent) puis le trio se remet en selle, ça fuse, ça galope, c’est énergisant c’est Colours.

On termine le premier set avec Just easy un blues où Leon étonnera le public avec un solo riche en silences et claquements de doigts.

Après la pause le second set débute par une nouvelle monkerie, I mean you qui défile très vite. Alternance oblige, Parisian melodies une composition de Fred calme le jeu, c’est flatteur a l’oreille.

Leon Parker quitte alors sa batterie minimaliste pour une séance de percussions corporelles comme il les affectionne et qui ne manque pas d’intriguer le public.

Ce trio atteint sa maturité. Les premières fois, nous n’avions que des yeux et des oreilles pour Leon Parker. Désormais, les trois  jouent dans un bel équilibre et Fred Nardin a su développer un joli leadership sur ce trio qui est une des valeurs sûres du jazz hexagonal et au delà.

 

 

Ont collaboré à cette chronique :

X