(38) Isère

11/05/2019 – Jazz à Seyssuel « Au son du jazz »

C’est la troisième édition de cette soirée de jazz à la MJC de Seyssuel, organisée par notre ami Daniel Peyreplane.

Trois groupes sont au menu.

The Vulpi Jazz Band

Le programme se compose de trois groupes : un groupe issu de l’école de musique de La Verpillière : le Vulpi  Jazz Band qui s’est créé en septembre dernier. C’est leur premier concert en public, alors autant dire qu’ils avaient bien besoin de l’accueil chaleureux que leur a réservé le public.

Au menu quelques tubes comme The Sidewinder de lee Morgan, Mo Better Blues, Freddie Freeloader, Yesterday etc… pour finir par un entraînant Mercy, Mercy, Mercy.

Ils sont treize sur scène. Le plus souvent en tutti et pour chaque morceau un ou plusieurs musicien vient s’aventurer sur le devant de la scène pour un court chorus. C’est parfois scolaire mais surtout attachant et le public le manifeste par des applaudissements nourris. Le public exige un rappel ça sera Mack the knife.

Première pause … où tout le monde se retrouve au bar qui pour des sandwiches, qui pour des crêpes, qui pour des bières. Le temps de finir les fûts et retour en salle pour le second groupe.

 

 

Jet4tet

Pour la seconde partie de la soirée, Daniel a invité le Jet4tet. Cette formation d’ « amateurs éclairés » est en train de forger son identité et son répertoire. Jet4tet a sorti un premier CD il y a peu, avec moult reprises. Ce soir le quartet s’émancipe avec ses compositions.

Le Quartet débute par une composition de Marie-Annick Galland qui signe la plupart des morceaux du répertoire de la formation Claque pluie aux intonations très reggae, changement d’ambiance avec le très swingant Auto-Stop en Savoie soit-disant le rappel d’une « galère » en vacances. 

Un brin taquin ils ont rebaptisé leur Just Blues en Seyssuel blues, ce que ne manque pas d’apprécier la salle.

Arrive le « morceau triste de la soirée »  Meadows report une composition qui évoque » le vain combat écologique pour sauver la planète » (sic), il nous donne l’occasion d’apprécier le beau grain du sax ténor de Julien Le Mée. Un morceau qui ne figure pas sur le premier album du quartet « Écho » et qu’on a hâte de réentendre.

La seule reprise du set c’est Soweto sorrow (d’Aldo Romano) joliment introduit à la contrebasse, morceau qui nous plonge dans une belle rêverie, avec Julien Le Mée au sax soprano et une « reverb » qui participe de l’ensemble.

Babel de Marie-Annick Galland est une référence à la tour éponyme et à Thelonius Monk.

Pour finir ils nous jouent deux compositions en hommage au saxophoniste polonais Jan Ptaszyn Wróblewski qui a tapé dans l’oreille de Julien : Ptaszyn puis Pijana pour finir. Ces deux morceaux très bien tournés nous donnent envie d’en savoir plus sur ce musicien peu connu par chez nous (il est quand même né en 1936, il va falloir se dépêcher)

Le public demande un rappel, ça sera Walk Spirit, talk spirit de McCoy Tyner

 

Seconde pause … la bar est prit d’assaut … (la bière vient à manquer … une honte dans un concert de jazz ! )

 

Puis le trio Dreisam s’installe

Nous sommes toujours heureux d’assister à un concert de ce trio que nous avons porté sur les fonds baptismaux du jazz lyonnais .. mais ce soir non pas que l’inspiration nous manque, mais eu égard aux chroniques concoctées ici ou là il est difficile de peaufiner la chose :

Pour leurs albums :

« Up Stream », second album de Dreisam

Présentation de Up Stream (second album du trio) au Périscope

et au hasard de nos écoutes :

03/08/2018 – Dreisam au Crest Jazz Vocal

07/10/2017 – Dreisam au château de Monteseveroux (Isère)

Une des plus jolies pages publiées par Jazz-rhone-alpes.com : http://www.dreisam.eu/review/poesie-laurent-brun/

 

Au final, nous avons passé une belle soirée de jazz avec des amoureux de cette musique sur scène et dans la salle. A refaire !

Ont collaboré à cette chronique :

X