(69) RhôneLa Clef de Voute

20/05/2019 – Amaury Faye Solo à La Clef de Voûte

Buran Amaury FayeDéjà invité dans ce club en février 2018 avec son Trio, le Toulousain Amaury Faye nous confie avoir particulièrement bien apprécié lʼintimité du lieu. Il y revient donc ce soir avec plaisir nous présenter et « tester » sa toute dernière création personnelle, lʼalbum solo « Buran ».

Depuis la sortie du premier CD en trio en 2010, il nʼavait que vingt ans, deux autres albums en trio ont suivi, sans compter ceux en sideman ou en invité. Pas de relâche non plus côté  perfectionnement puisque la Berklee School de Boston lʼaccueille en 2014 et lui décerne en 2015 rien moins que le prix du meilleur pianiste et de la meilleure performance jazz de lʼannée. Les prix et les concerts sʼenchaînent aussi en France sur la scène de Cybèle à Vienne en 2016 ou la grande scène du Théâtre Antique de Vienne le 13 juillet 2017 pour la « All Night Jazz » et sur les scènes mondiales.

Amaury Faye nous dit avoir profité de ce projet solo pour sʼéchapper un peu des influences de la scène new-yorkaise quʼil réserve au Trio, se rapprocher des courants européens et développer ses envies dʼune écriture plus proche de la musique contemporaine. Sauf trois titres, Ballade pour Izia de Jacques Higelin, The Persuaders de John Barry et The Temptation Rag de Henry Lodge, toutes les compositions de lʼalbum sont de lʼauteur.

Il nous revient donc ce soir « chaud-bouillant », avec des idées plein les doigts, la tête pleine de touches, ressorts et marteaux ! Lʼauditeur dʼun soir en est un peu bousculé, se voyant promu un peu tôt jury dʼun prestigieux concours international. Ce petit bémol des premiers instants mit à part, on se laisse progressivement initier et forcément séduire par cette belle vivacité musicale, un toucher puissant qui sait mêler avec vélocité tout à la fois harmonies complexes, rythmiques sophistiquées, et arpèges aériens. A lʼoccasion dʼune ballade plus légère on comprend aussi le musicien capable dʼune belle poétique de lʼémotion. Une forte personnalité donc et une musique quʼil nous faudra savoir découvrir dans la durée, une partie de ses richesses pouvant échapper à une première écoute.

Le titre de lʼalbum « Buran », tempête de neige en russe, est suffisamment évocateur pour nous mettre sur la bonne voie dʼapproche. Une musique dense construite de savantes tempêtes, de lointaines éruptions volcaniques, de coulées de laves harmoniques crépitantes, de répliques sismiques bien frappées, mais aussi de fines flammèches, de neiges fondantes, de brises légères et de ciels étoilés.

Avec un bagage énorme et un tel parcours à seulement vingt-neuf ans, cet artiste nous promet de belles émotions musicales pour les prochaines années ! Vous pourrez déjà retrouver Amaury Faye en trio à Lyon 5ème dans un nouveau Festival consacré à la musique contemporaine « Superspectives » le dimanche 30 juin 16h à la Maison Lorette 42 Montée St Barthélémy (Lyon 5ème).
« Le velours et la dynamite » ? . . . (*)
Sur lʼune des photos jointes, vous découvrirez comment, «à l’insu du plein gré de lʼindex droit du photographe», le cadrage est venu capter le regard dʼOscar Peterson très impressionné par le
«nouveau venu» à sa sortie de scène. Les murs parleraient-ils mieux que votre chroniqueur dʼun soir ? Adopté ! «Le velours et la dynamite !» ne fait-il pas une belle chute à cette chronique . . . ?

(*) Merci à Joana Garcia, auteure de cette fresque-collage hommage aux gloires du jazz qui orne le mur de fond de scène de la Clef de Voûte depuis quelques années. Avis aux futurs musiciens qui ne manqueront pas de venir se produire prochainement pour notre plus grand plaisir à la Clef de Voûte, vous savez à présent que les murs ont aussi des yeux qui vous regardent . . .

Ont collaboré à cette chronique :

Laisser un commentaire
X