(38) IsèreJazz à Barraux

31/05/2019 – Les comptes de Korsakoff à Jazz à Barraux

Avis de gros temps sur Fort Barraux qui pourtant en a vu d’autres depuis le sieur Vauban.

Les comptes de Korsakoff y présentent leur tout nouveau projet « Nos Amers ». « Nous sommes tous dans le même bateau, il coule alors autant le prendre avec humour! ». Ambiance!
Geoffrey Grangé donne le ton d’emblée, ça sera sombre.
Des textes ciselés en français, là, on ne peut plus dire qu’on ne comprend pas.

Les paroles sont souvent âpres, les musiques savent se faire légères, limite impressionnistes. Christophe Blond nous livre un solo admirable. Et puis patatras Quentin Lavy surprend son monde en défonçant avec vigueur sa batterie. L’ambiance vire très rock.

C’est donc dans une ambiance apocalyptique que la bande à Geoffrey nous incite à réfléchir sur les désordres du monde. Le bateau qui coule a ouvert le set. Première claque. Nous évoquerons Le maudit, les Murmures à l’oreille des monstres fort heureusement nous passerons par l’Antidote qui calme le jeu avec le tandem euphonium et violoncelle.

Un concert des Comptes de Korsakoff n’est pas chose facile à appréhender, il faut se mettre dans les dispositions de le recevoir et se laisser guider dans la violence et la profondeur des textes et surtout se laisser hypnotiser par Geoffrey Grangé qui capte une grande partie de la lumière pour la restituer. On pense insensiblement à des groupes qui ont marqué nos scènes comme Ange, Genesis ou encore Frank Zappa.

 

Geoffrey Grangé: basse, voix, compositions ; Guillaume Pluton: trompette, arrangements ; Diego Fano: saxophone alto ; Grégory Julliard: euphonium ; Marie-Claude Condamin: violoncelle, textes ; Romain Baret: guitare ; Christophe Blond: piano ; Quentin Lavy: batterie

Ont collaboré à cette chronique :

X