(38) IsèreJazz à Vienne

29/06/2019 – Chilly Gonzales à Jazz à Vienne

Les températures caniculaires n’ont pas découragées les festivaliers qui sont venus en nombre sur les pierres bien chaudes du théâtre antique face à un soleil devenu un adversaire à ce stade : Où est l’ombre s’il vous plait ?
Ils sont venus surtout découvrir les trois plateaux du soir « spécial piano » et en ouverture un maestro : Chilly Gonzales.
Ce soir il présente un nouveau projet innovant, puisqu’un écran en arrière plan montre la vision d’en haut du clavier et donc du cheminement de ses doigts sur le clavier.
L’effet est très réussi pour ceux qui ne se trouvent pas trop loin de la scène je ne sais pas quel a été le résultat pour les spectateurs tout en haut du théâtre.

Chilly commence son concert seul au piano en pantoufles et robe de chambre et captive rapidement les spectateurs du soir en déployant toute sa virtuosité, sans esbroufe, toujours en privilégiant la mélodie.
Le maestro a à son actif plusieurs albums consacrés au piano solo, il a aussi participé à de nombreux projets où il s’est confronté à des univers très différents: Les Daft Punk, Feist..
Il entame d’ailleurs son concert avec un thème de l’album Room 29 Clara né d’une collaboration avec le chanteur Jarvis Cooker : Une vraie merveille qui fait référence.

C’est un showman, ce soir il est aussi « Chaud man » comme il le dit lui même. Avec beaucoup de fantaisie il nous fait une petite démonstration de l’histoire de la musique en se baladant entre Bach et Kurt Cobain et fini par une chanson rap très convaincante finalement.
Dans cet exercice il est dans le même ligne qu’un Stephano Bollani : virtuose, fantaisiste et pédagogue.

Il est rejoint au cours du concert par une violoncelliste telle une apparition onirique et d’un batteur qui n’auront qu’un rôle limité mais qui permettront au concert de ne pas basculer dans la monotonie.
Le showman mettra le public dans sa poche en les faisant participer au spectacle avec beaucoup d’humour: pour le rythme des claquements de mains : « Suivez la ‘fucking’ pantoufle ! ». 

L’artiste aura déployé beaucoup d’énergie pour le grand plaisir du public qui lui a fait un très bel accueil.

Chilly Gonzales: piano, voix ; Stella Le Page: violoncelle ; Joe Flory : batterie

[NdlR : merci à Pierre Corvaisier pour les photos]

Ont collaboré à cette chronique :

X