Benjamin Tanguy nous a réservé une véritable surprise avec ce musicien lyonnais inconnu de nos radars et présenté par le festival de Montreux.

Julien Dewaele arrive sur scène avec ses synthétiseurs, boites à rythmes et à effets, ses samples et se met au piano en solo et se lance dans de longues improvisations.
Et là je dois dire que tout le monde est scotché par la qualité de la musique proposée, un univers très personnel, envoûtant. On pense à Ludovic Einaudi, Nils Frahm voire Nick Bärtsch, c’est un peu de tout cela, sans contrefaçon.

Julien Dewaele nous explique après son set qu’il sait où il veut aller, par quels points passer mais que le plus compliqué est parfois le démarrage. Aujourd’hui, il a mis un peu de temps à trouver ses marques probablement impressionné par le contexte,et puis, après un bonne dizaine de minutes, la machine se met en marche et là tout coule de source pour notre plus grand bonheur.

Julien Dewaele nous dit à l’issue du concert être très surpris de se retrouver programmé dans un festival de jazz de l’ampleur de Vienne, car dans son esprit il ne faisait pas du jazz ou si peu. Il se trouve que Montreux est venu le chercher pour faire une création avec Jacob Collier et Christian Scott. Rien que ça ! Alors qu’il ne les connaît même pas.

Un OVNI ce Julien Dewaele ! Au  fait « Højde » signifie « altitude » en danois… ce n’est pas neutre.

Nous vous invitons à découvrir Højde ici  : https://soundcloud.com/hojdeofficial

Ont collaboré à cette chronique :

X