(38) Isère

05/07/2019 – Ibrahim Maalouf invite Haïdouti Orkestar au Vercors Musique Festival

Soirée méditerranéenne dans le Vercors

 

Une atmosphère champêtre, des spectateurs en joie, une météo radieuse…….

Autrans suspend ton vol !

Seconde des quatre journées, une soirée méditerranéenne, même la chaleur moite des fins fonds de la Tyrrhénide était présente.

Première partie, Djazia Satour, la petite et frêle grenobloise d’origine. Une énergie débordante, une voix haut perchée en quête de rythmes atlasiens,  pétillante, elle entraine son public dans une allégresse introductive.

Ibrahim Maalouf à l’affiche, invitant le Haïdouti Orkestar. Jazzman populaire vedette, un peu décrié dans les milieux puristes du jazz, de part les stéréotypes dans ses interprétations. Il a pourtant créé le festival m’IMPROvise qui a lieu chaque année dans l’Etampes de son enfance. Mais ce soir, il se mélange dans le fantasque Haïdouti Orkestar qui pour moi fut la vedette de la soirée. Maalouf dans cette tournée est un animateur acteur, chef d’orchestre pseudo improvisé.

Haïdouti Orkestar, s’éloigne  des fanfares traditionnelles des Balkans, mis  à la mode par Bregovic. Pour son volubile animateur et batteur, Sylvain Dupuis, ils naviguent dans un monde plus oriental, mêlant les influences d’Asie Mineure, et de ses alentours morcelés dans leurs cultures et leurs musiques.

L’éclectisme musical est son credo, la mosaïque humaine, sa géographie.

Le programme de ce soir , allie des musiques d’Ibrahim coécrites avec l’Orkestar, extraits de la bande originale du film « La vache » tel que Paris Paris, Marseille, le grand voyage, back to Bakista, mais aussi des samples du répertoire d’Haïdouti comme Y a Mulaytin, Bint Echalabiya, Kece Gurdan ou Gezelem, le tout entouré du Will be soon a woman en intro et en conclusion Happy face single du dernier album d’Ibrahim qui sortira le 27 septembre.

La playlist est intéressante, mais en fait superflue. C’est le débordement musical, l’énergie communicative de ce groupe qui sont excitants. Le public est presque en transe de joie, il remue, danse, se percute, chante, tape des mains, exulte à chaque morceau. C’est un spectacle qui mêle musique, chants, et danses, un show bien huilé mais qui donne l’impression chaleureuse d’être improvisé. Il émane de ce brass band une sensibilité communicative qui démontre bien que la méditerranée est un continent liquide qui fraternise les habitants de ses rives. Un vrai œcuménisme musical et culturel, bien illustré par la composition cosmopolite, hétéroclite, et complémentaire des français, gypsy serbe, turcs, espagnol, roumain de cet orchestre. C’est un bel exemple d’optimisme multiculturel.

A suivre de près si vous voulez être optimiste, joyeux et positif.

 

Ibrahim Maalouf: trompette et François Delporte: guitare

Haïdouti Orkestar , gypsy, turkish & oriental brass band :
Zequi Ayad Cölas , Edika Edika: voix
Sylvain Dupuis: tapan, batterie
Denys Danielides: sousaphone
Mihaï Privan: saxophone, zurna
Jakos Ramic: accordéon
Daniel Elsrael, Matthias Mahler: trombones
Dogan Poyraz, Amar Chaoui: derbouka , rek
Martin Saccardy ,Yvan Djaouti,Yacha Berdah: trompettes
Charlotte Auger,Manel Girard, Alon Peylet: tubas
Nuria Rovira Salat: danse

Ont collaboré à cette chronique :

X